/weekend
Navigation

Louise Portal rend hommage à celles qui assument leur solitude

Louise Portal
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Avec toute la poésie, la sensibilité et la tendresse qui rendent sa plume si riche, l’écrivaine et comédienne Louise Portal présente 15 portraits de femmes inspirantes qui assument avec brio leur solitude dans son nouveau livre, Seules : Ces femmes que j’aime.  

Louise Portal s’est inspirée de femmes qu’elle a connues et aimées et qui ont appris, avec les années, à vivre seules.  

Elles sont artistes, gestionnaires, soignantes, retraitées, et sont seules pour toutes sortes de raisons, parfois à la suite d’un deuil ou d’une séparation, parfois parce qu’elles ont renoncé à l’amour.  

Mais elles ont ceci en commun: elles continuent d’avancer. Malgré les difficultés, malgré les combats, malgré les déceptions, elles ont choisi d’apprivoiser la solitude et de vieillir avec sérénité.  

Louise Portal, toujours aussi proche de ses émotions et de celles des autres, a dépeint magnifiquement, sans jamais tomber dans la pitié, la vie de ces femmes uniques qui ont réussi, chacune à sa façon, à vivre avec les épreuves.  

«Souvent, on associe la solitude ou le fait d’être seul à quelque chose qui est un peu lourd ou défaitiste, alors que ce n’est pas ça du tout», commente l’auteure, en entrevue.  

«Je trouve que les femmes, en particulier celles de ma génération, on est des femmes qui se sont épanouies dans leur vie. Ce qui fait que même si certaines d’entre nous vivent seules, elles vieillissent avec beaucoup de joie parce qu’elles se sont réalisées, pour la plupart, et elles abordent la vieillesse avec sérénité.»  

La résilience  

En faisant le portrait de ces 15 femmes, l’écrivaine a tiré des constantes de leurs histoires.  

«J’ai écrit le premier portrait, celui de Marie, il y a deux ans. C’est quelqu’un que je connais depuis longtemps. Je l’avais vue traverser sa dernière relation et je voyais comment elle avait fait tout le chemin de guérison, pour être en paix avec ça. Je trouvais ça tellement extraordinaire, tellement inspirant, que tout à coup, je me suis mise à penser à toutes les femmes qui sont près de moi, ou qui ont été près de moi, et qui sont dans cette solitude-là.»  

Un autre portrait est venu à elle, puis un autre, jusqu’à en avoir 15.  

«Pour ces femmes, l’aptitude au bonheur tient dans leur résilience. On a tous nos écueils dans la vie. On a tous à traverser des choses. Il faut avoir de la résilience pour accéder à cette autre étape, qui est le bonheur. Le bonheur dans la paix du cœur, dans la gratitude.»  

Ces femmes, poursuit-elle, nous enseignent quel chemin on peut prendre après une mort, une rupture amoureuse, une maladie, un changement de cap dans la vie.  

«Comment on arrive à transmuter ça pour aller vers quelque chose qui s’ouvre, vers quelque chose qui est plus heureux, plus lumineux.»  

Toujours se choisir  

Elle ajoute que ce qui l’a aidée le plus, personnellement, c’est l’écriture, la création sous toutes ses formes.  

«J’ai dénoué une peine d’amour en écrivant des chansons et en montant un spectacle. J’ai monté un spectacle, un jour, et je suis arrivée au constat que je ne pouvais pas rester dans une relation amoureuse et il fallait que je transforme ma vie, que je me choisisse à nouveau. J’étais dans le début de la quarantaine.»  

L’écriture l’a aidée dans son deuil lors du décès de sa sœur jumelle.  

«C’est toujours la création qui m’a fait rebondir. Pour d’autres, ça peut être du sport, du bénévolat. Ça dépend de nos dons et de nos intérêts. Je pense que c’est important de suivre nos élans et de toujours se choisir.»     

  •  En librairie le 27 février.  
  •  Louise Portal est présentement à l’antenne de Radio-Canada dans la série dramatique Cheval-Serpent.  
  •  On la verra au grand écran dans l’adaptation cinématographique du roman de Jocelyne Saucier, Il pleuvait des oiseaux, de même que dans le court métrage Roseline comme dans les films.    

Extrait  

<i>Seules: Ces femmes que j’aime</i></br>
Louise Portal</br>
Éditions Druide, 144 pages
Photo courtoisie
Seules: Ces femmes que j’aime
Louise Portal
Éditions Druide, 144 pages

«Elle a aimé passionnément. Toujours et tout au long de sa vie. Capable de tout chambarder dans son quotidien pour répondre à l’appel du désir. Le sien et celui de l’autre. Je l’ai parfois vue partir en croisade pour sauver l’être aimé, le délivrer de son mal. Je l’ai observée, d’autres fois, se mentir pour croire à la liaison éphémère qui se présentait, un homme mendiant un peu d’attention qu’elle accueillait dans son lit d’émeraude.» – Louise Portal, Seules : Ces femmes que j’aime, Éditions Druide