/news/politics
Navigation

Affaire SNC-Lavalin: Wilson-Raybould confirme son témoignage mercredi

Jody Wilson-Raybould
Photo d'Archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Justin Trudeau et son entourage retiennent leur souffle à quelques heures du témoignage fort attendu de l’ancienne ministre libérale qui a démissionné dans la foulée de l’affaire SNC-Lavalin.

« Le premier ministre est probablement nerveux », croit le professeur de droit à l’Université d’Ottawa Benoît Pelletier. 

Un avis que partage son collègue de l’Université Laval, Patrick Taillon. 

Jody Wilson-Raybould donnera enfin sa version des faits cet après-midi, près de trois semaines après que les allégations d’ingérence politique aient fait surface dans le quotidien The Globe and Mail. 

Une « tempête »

Si M. Trudeau affirme avoir hâte d’entendre son ancienne ministre, en coulisse, les troupes libérales se préparent à affronter la « tempête ».

Le mystère reste entier sur le contenu du témoignage que va livrer l’élue de Vancouver au comité de la justice dans le cadre de son enquête sur l’affaire de la firme montréalaise d’ingénierie. 

Tout porte à croire qu’elle racontera en détail ses interactions avec le bureau du premier ministre, elle qui a exigé 30 minutes pour prononcer sa déclaration d’ouverture.

Sa comparution de deux heures sera suivie de près par le bureau du premier ministre, sur lequel planent des allégations d’ingérence politique pour aider SNC-Lavalin à éviter un procès criminel pour fraude et corruption. 

M. Trudeau et son entourage ont depuis nié avoir exercé une pression « inappropriée » sur Mme Wilson-Raybould.