/sports/fighting
Navigation

Beterbiev-Kovalev: «Ç'a bloqué quelque part»

SPO-ARTHUR-BETERBIEV
Photo Agence QMI, Joêl Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Le boxeur russe Artur Beterbiev devrait remonter dans le ring le 4 mai prochain, en Californie, et y affrontera pour l’occasion le Suédois Sven Fornling.

Si un duel entre Beterbiev (13-0-0, 13 K.-O.), champion du monde de l’IBF des mi-lourds, et Sergey Kovalev (33-3-1, 28 K.-O.), qui possède la ceinture de la WBO de catégorie identique, fait saliver certains amateurs, il ne devrait pas être présenté à très court terme.

Beterbiev entame un contrat avec Top Rank d’une durée de 30 mois et se battra un minimum de trois fois par année. Le Russe s’est ouvert pour la première fois, à la journaliste de la chaîne TVA Sports Nancy Audet relativement à ce nouveau pacte.

«Je suis content, car c’est la meilleure compagnie [de promotion] du monde, a souligné Beterbiev, mardi, lors de l’émission Les Partants de TVA Sports. [...] Je regarde avec positivisme l’avenir et je suis très concentré.»

Cependant, Top Rank a probablement dans ses plans de «construire» Beterbiev et d’en arriver à un combat contre Kovalev, hypothétiquement à la fin de 2019, ou peut-être même plus tard. Si le combat contre Kovalev ne se matérialise pas immédiatement, ce n’est certainement pas en raison de Beterbiev, selon son entraîneur Marc Ramsay.

«Je pense qu’on va le voir, a déclaré Ramsay. Quand je suis revenu du Texas [NDLR : au début du mois de février] et que je suis entré dans le gymnase, lundi, Artur, ce n’était même pas "Bonjour". C’était : "je veux Kovalev maintenant". [...] Ç’a bloqué quelque part, mais ce n’est pas de notre côté. Ce n'est ni l’entraîneur, ni le gérant, ni le boxeur. Donc, ça vient de l’autre côté.»