/sports/ski
Navigation

«S’il n’avait pas eu le ski l’hiver, il aurait été sur le Ritalin» - Pierre Harvey

«S’il n’avait pas eu le ski l’hiver, il aurait été sur le Ritalin» - Pierre Harvey
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

 «Alex, c’est un garçon très, très, très actif. C’est un hyperactif. [...] Il avait besoin de bouger. Si on l’empêchait de bouger, il devenait insoutenable.»  

 Pierre Harvey décrit son fils Alex à l’image de ce que le public québécois connaît de lui. Un garçon énergique, dynamique qui n’arrête jamais.   

 Dans un tout nouveau balado intitulé Alex Harvey: Sur les traces d’un champion disponible dès mercredi sur QUB radio, on en apprend plus sur la vie du fondeur le plus décoré de l’histoire du Canada.   

 «S’il n’avait pas eu le ski l’hiver, il aurait été sur le Ritalin, raconte le paternel dans le premier épisode. Nous avons rencontré des spécialistes pour les enfants hyperactifs. [...] On s’est dit qu’il devait prendre du Ritalin parce qu’il fallait le calmer.»   

 Cela ne s’est toutefois pas avéré... à cause du ski, bien entendu.   

 «La neige est arrivée et il était dans un programme de sport-études: deux jours de ski, deux jours d’école, deux jours de ski, deux jours d’école. Il n’a plus jamais eu de problèmes. Ce programme l’a libéré de son besoin de bouger», mentionne-t-il.   

 «Le sport m’a permis de canaliser ces énergies-là d’une bonne façon. Je dirais que cela m’a sauvé, fort probablement, d’une médication pour traiter cette hyperactivité-là», renchérit Alex.   

 De père en fils  

 Celui qui prendra officiellement sa retraite de la compétition après la dernière épreuve de la saison a eu la piqûre pour le ski très jeune. Son père, lui-même un grand skieur de fond qui a déjà participé aux Jeux olympiques, lui a transmis sa passion.   

 «Plus jeune, je n’avais pas encore tout compris, tout réalisé les exploits qu’il avait accomplis dans sa carrière. La voie qu’il a tracée pour tous les skieurs de fond, mais également ce qu’il a pu accomplir dans le sport du vélo; aller aux Olympiques dans deux sports différents, une fois l’été, une fois l’hiver», analyse Alex.   

 Maintenant, c’est toutefois le fils qui a surpassé le père.   

 «Aujourd’hui, ce n’est plus le fils de Pierre Harvey. Je suis maintenant le père d’Alex», souligne Pierre avec humour.   

 --    

  •  Le premier épisode d’une série de quatre du balado Alex Harvey: Sur les traces d’un champion, narré par Frédéric Lord, est disponible dès mercredi sur qub.radio ainsi que sur l’application mobile de QUB.