/news/politics
Navigation

Manifestation antiraciste contre Québec solidaire

Periode des questions
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Une manifestation contre le racisme et la xénophobie s’organise à Montréal pour dénoncer les déclarations «sinophobes» d’une élue de Québec solidaire, qui s’inquiétait de l’achat de terres agricoles par des «prédateurs» chinois.  

Plusieurs alliés traditionnels de Québec solidaire participeront à la manifestation, selon son organisatrice May Chiu, porte-parole de Chinois progressistes du Québec et elle-même ancienne candidate du parti.     

La présidente de la Fédération des femmes du Québec Gabrielle Bouchard devrait prendre la parole, ainsi que le documentariste Will Prosper, également un ancien candidat. Alex Tyrell, chef du Parti Vert du Québec sera aussi présent.     

Lors d’une entrevue à La vie agricole au début du mois, la députée Émilise Lessard-Therrien s’est inquiétée de l’achat de terres agricoles par des investisseurs chinois. «Ils se promènent dans les rangs, ils préparent le terrain pour venir éventuellement, ils font beaucoup de représentation. On les appelle entre nous les prédateurs. Ce sont des prédateurs de terre agricole, et on les voit, on le sent», a-t-elle lancé.     

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue a ajouté «qu’une terre en friche a toujours le potentiel d’être cultivée à nouveau, mais une terre qui appartient à la Chine risque de ne plus jamais nourrir de Québécois».     

Ces déclarations avaient suscité l’ire de Mme Chiu. «Le parti refuse de reconnaître qu’un tort a été fait. Ils ont alimenté la fausse impression qu’il y a des acheteurs de terrain agricole chinois et c’est une perception erronée», a-t-elle déploré en entrevue avec Le Journal.     

Des propos «maladroits»  

Sur les médias sociaux, Mme Lessard-Therrien a réagi à l’organisation de cette manifestation. «J’ai été informée qu’il y a un rassemblement qui s’organise cette fin de semaine à Montréal par des gens qui ont été heurtés par mes propos. Si j’avais été à Montréal, je serais allée rencontrer les organisateurs et organisatrices de la manifestation pour parler à la fois d’accaparement des terres et de lutte au racisme. Je ne souhaite heurter personne par mes propos», a-t-elle écrit.

 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

«Si ma déclaration a suscité de telles réactions, c’est parce qu’elle était maladroitement formulée. Je le reconnais. Ce que j’ai dénoncé, ce sont les groupes d’investisseurs étrangers, mais aussi québécois comme PANGEA, qui mettent la main sur de grandes superficies de terres agricoles», a-t-elle indiqué.