/news/education
Navigation

Les éducatrices en milieu familial ont peur pour leur emploi

Coup d'oeil sur cet article

Les éducatrices en milieu familial sonnent l’alarme : plus de la moitié d’entre elles craignent de perdre leur emploi en raison du déploiement des maternelles 4 ans pour tous.   

«C’est près de 99 % de femmes qui sont des responsables en milieu familial, des femmes de cœur, des professionnelles et tout le réseau du milieu familial accueille près de 95 000 enfants au Québec», lance la présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), Valérie Grenon.  

Un sondage de la firme Léger réalisé pour le compte de la centrale démontre que 54 % de leurs membres ont peur de perdre leur boulot en raison de la promesse du gouvernement Legault de créer des classes de maternelles 4 ans partout au Québec.  

Pourtant, le milieu familial subventionné est celui qui performe le mieux pour éviter toute vulnérabilité quand les enfants arrivent à l’école, plaide Mme Grenon.  

Elle en prend pour exemple l’Enquête québécoise sur le parcours préscolaire des enfants de maternelle 2017 dévoilé jeudi par l’Institut de la statistique du Québec. On y constate que seulement 23 % des enfants qui fréquentent un milieu familial subventionné arrivent en maternelle avec une vulnérabilité, contre une moyenne de 27 % pour les enfants qui fréquentent d’autres milieux de garde.  

Pas des «gardiennes»  

Valérie Grenon dénonce le manque de reconnaissance du premier ministre François Legault envers le travail des éducatrices en milieu familial. «Il les traite de gardiennes encore, c’est des femmes, des professionnelles, qui ont étudié la petite enfance, qui appliquent tout le programme éducatif reconnu!»  

Le coup de sonde réalisé du 21 au 27 février auprès des membres de la FIPEQ-CSQ révèle également que 84 % des éducatrices craignent «qu’il y ait moins d’enfants de 4 ans» dans leur milieu de travail.  

Mme Grenon reconnaît que les milieux familiaux accueillent des bambins de tous les âges et peuvent donc s’adapter plus facilement à cette nouvelle réalité que les services de garde en installation. La présidente du syndicat estime néanmoins que ses membres sont mieux outillés que les enseignants pour offrir ce qu’il y a de mieux aux enfants de 4 ans.  

Elle rappelle que les responsables en milieu familial doivent minimalement suivre une formation de 45 heures sur le développement de l’enfant, sécurité, santé et bien-être. Sans parler d’un cours de perfectionnement de six heures par année.