/sports/hockey
Navigation

Voici les cinq plus beaux arénas de la LHJMQ

Coup d'oeil sur cet article

Souvent considérée comme l’enfant pauvre de la Ligue canadienne de hockey en raison de ses amphithéâtres désuets, la LHJMQ est en train de renverser la tendance depuis quelques saisons. À Moncton, les Wildcats ont inauguré un bâtiment flambant neuf en plein centre-ville en début de saison alors que les premières pelletées de terre ont enfin eu lieu à Gatineau pour remplacer le vétuste Centre Robert-Guertin. Après avoir présenté les cinq pires arénas la semaine passée, Le Journal a dressé le palmarès des ci nq plus beaux édifices de la LHJMQ avec l’aide des journalistes Roby St-Gelais (Le Journal de Québec) et Mikaël Lalancette (TVA Sports) en se basant sur les critères suivants : les installations, l’environnement et l’emplacement géographique.  

1. Centre Avenir  

Photo courtoisie, LHJMQ
  • Année d’ouverture : 2018  
  • Équipe : Wildcats de Moncton    

Inauguré en septembre dernier, le Centre Avenir, qui contient 8800 places, est l’endroit par excellence pour assister à un match de la LHJMQ. Installations à la fine pointe, spacieux, vaste hall d’entrée avec fenestration, un vestiaire aux allures de la LNH pour les Wildcats, aménagement extérieur unique ; rien n’a été négligé. De plus, son emplacement en plein centre-ville à proximité de plusieurs restaurants et hôtels fait le bonheur des visiteurs.  

2. Centre Vidéotron  

Photo d’archives, Simon clark
  • Année d’ouverture : 2015  
  • Équipe : Remparts de Québec    

Construit pour accueillir un club de la LNH, l’endroit fait rêver, tellement qu’il pourrait même être considéré hors catégorie. Ses multiples concessions alimentaires, ses coursives ouvertes, son immense hall d’entrée, ses escaliers mécaniques et sa murale d’art numérique en font un lieu unique. Le vestiaire des Remparts est aussi impressionnant. Plusieurs décrient cependant l’endroit où il a été érigé. Les bouchons de circulation sont fréquents sur les artères avoisinantes quand il y a foule.  

3. Scotiabank Centre  

Photo courtoisie, LHJMQ
  • Année d’ouverture : 1978  
  • Équipe : Mooseheads de Halifax    

Théâtre du prochain tournoi de la Coupe Memorial, l’endroit a du vécu et ça se ressent en parcourant les différents étages. Ses 10 500 sièges et ses nombreuses loges corporatives, en plus de sa localisation au centre-ville et de ses installations sportives récemment retapées, lui permettent de se glisser parmi les trois plus beaux amphithéâtres. On a déjà hâte en mai.  

4. Harbour Station   

  • Année d’ouverture : 1993  
  • Équipe : Sea Dogs de Saint John    

Jadis la résidence du club-école des Flames de Calgary dans la Ligue américaine, le Harbour Station a tous les atouts pour plaire aux joueurs et aux amateurs. Comme dans plusieurs arénas dans les Maritimes, du café de la populaire chaîne Tim Hortons y est même offert. Seul inconvénient : l’ambiance moribonde même quand les Sea Dogs logent parmi la crème, mais ça ne faisait pas partie des critères.  

5. Centre Gervais Auto   

PHOTO COURTOISIE
  • Année d’ouverture : 2008  
  • Équipe : Cataractes de Shawinigan    

Plus de 10 ans après son ouverture, le Centre Gervais Auto fait toujours l’envie de plusieurs marchés dans la LHJMQ. On peut le considérer comme un mini-amphithéâtre de la LNH. Chaque siège offre une excellente vue sur la patinoire, et à l’exception du manque de salles de bain, tout y est. En prime, les partisans des Cats sont parmi les plus bruyants du circuit.  

MENTIONS SPÉCIALES : Palais des sports de Sherbrooke et Colisée Desjardins de Victoriaville.  

Dans le calepin...  

Les Huskies de Rouyn-Noranda comptent sur deux véritables murailles devant leur filet en Samuel Harvey (38 PJ : 2,07 – ,923) et Zachary Émond (24 PJ : 1,74 – ,932). À trois semaines de la conclusion du calendrier régulier, Harvey pourrait réaliser un record pour la moyenne de buts alloués en une saison ainsi que pour le pourcentage d’arrêts.  

Nicola Riopel détient les deux marques à 2,01 et ,931 chez les cerbères ayant joué plus de 40 % des minutes de l’équipe.  

On apprend peu par la victoire, mais beaucoup par la défaite, dit l’expression. Si tel est le cas, le cahier de notes des joueurs du Titan d’Acadie-Bathurst sera bien rempli à l’issue de la saison régulière. La troupe de Mario  

Durocher a perdu ses 22 dernières sorties et croupit au dernier rang du circuit Courteau. Pire encore, de ses sept victoires, seule une est survenue devant ses partisans du Centre régional K.C. Irving, soit le 5 octobre dernier. Mais avec une coupe Memorial en poche, la pilule est un peu plus facile à avaler pour certains.  

Lourde perte pour les Saguenéens alors qu’ils devront se passer des services de leur défenseur Jérémy Groleau de deux à quatre semaines en raison d’une blessure à l’épaule. Septièmes dans l’Est, les Sags tentent désespérément de gagner des plumes en prévision des séries, eux qui étaient à seulement deux points du quatrième rang et du Cap-Breton avant les matchs d’hier soir.  

Toute une aventure que celle du pilote du Drakkar, Martin Bernard, alors qu’il a mis plusieurs heures à dégager ses voitures complètement ensevelies dans la neige. Il a partagé les photos sur Facebook. Même ses adjoints sont allés lui prêter main-forte! «Je vis sur le bord de la rivière. Il y a eu une tempête dimanche soir où il est tombé pas mal de neige, mais avec les rafales de vent, les voitures ont été enterrées. Mes deux adjoints ont été bons. Puis, le déneigeur m’a laissé son tracteur et j’ai conduit son tracteur. Ensuite, j’ai fait venir une remorqueuse pour le deuxième char, sinon, on serait encore là!» a-t-il raconté au bout du fil. Ah, les plaisirs de l’hiver.  

Sur les traces de son grand frère  

Pierre-Olivier Joseph a vu son frère aîné Mathieu gagner la Coupe du Président il y a deux ans. Il souhaite maintenant réaliser le même exploit avec les Voltigeurs, cette année.
Photo Jean-François Desgagnés
Pierre-Olivier Joseph a vu son frère aîné Mathieu gagner la Coupe du Président il y a deux ans. Il souhaite maintenant réaliser le même exploit avec les Voltigeurs, cette année.

Son frère Mathieu a soulevé la coupe du Président en 2017 avec les Sea Dogs de Saint John. Son coéquipier Joseph Veleno a vécu la même euphorie la même année. Le défenseur Pierre-Olivier Joseph espère à son tour graver son nom sur l’emblème de la suprématie du hockey junior québécois.  

Acquis des Islanders de Charlottetown durant la période des Fêtes, l’arrière des Voltigeurs, qui pointent au deuxième rang du classement général, n’a pas l’intention de passer à côté de la chance qui s’offre à lui de finir son stage junior sur une bonne note.  

«Ils sont venus me chercher pour une raison et on va juste prouver à l’organisation et au monde extérieur qu’on est là pour gagner. Si on est capable de remporter la coupe, ça va être une fierté.  

«On embrasse le fait qu’on ait une bonne équipe. On veut tout faire pour gagner la coupe. Joe [Veleno] a déjà gagné et avec ses histoires, on veut tous se ramasser là. Puis, avec l’expérience que mon frère [Mathieu] m’a montrée en séries dans les dernières années, c’est quelque chose qu’on veut accomplir», confiait l’espoir des Coyotes de l’Arizona plus tôt cette semaine.  

Parmi les favoris  

Joseph a atteint le carré d’as au cours des deux derniers printemps sur l’Île-du-Prince-Édouard et sait plus que quiconque que les séries sont une autre paire de manches.  

Même si les Voltigeurs figurent parmi les favoris au titre. Ses coéquipiers et lui avancent d’ailleurs sans se soucier des activités des autres équipes, une stratégie souvent préconisée par les entraîneurs.  

«On entend beaucoup parler des équipes dans la ligue. Avec mon passé, on essaie juste de se concentrer sur ce qu’on peut améliorer en tant qu’équipe. On n’a pas eu beaucoup de temps pour jouer ensemble. Il y a eu le retour de Maxime [Comtois] du Championnat du monde, des blessures, alors on essaie de se concentrer sur nous-mêmes avant de se concentrer sur les autres équipes», a-t-il précisé.  

En 27 rencontres depuis son arrivée à Drummondville, Joseph revendique une fiche de deux buts et 17 mentions d’aide, pour 19 points.  

Le face à face  

Joe Veleno  

Voltigeurs | Centre  

Photo Agence QMI, Daniel Mallard
  • Buts 40  
  • Aides 58  
  • Points 98  
  • Différentiel +60    

Peter Abbandonato  

Huskies | Centre  

Photo courtoisie
  • Buts 27  
  • Aides 70  
  • Points 97  
  • Différentiel +56     

34: En enregistrant une 34e victoire, le gardien des Voltigeurs de Drummondville, Olivier Rodrigue, a enregistré une nouvelle marque d’équipe en une saison, éclipsant celle de Vincent Riendeau (33) qui datait de 1985-1986.  

35: Les Olympiques de Gatineau ont obtenu leur billet en prévision des séries pour une 35e saison consécutive. Quand on sait que le hockey junior est cyclique, c’est tout un exploit !  

195: Le gardien des Mooseheads, Alexis Gravel, a établi une nouvelle marque d’équipe en blanchissant l’adversaire pendant 195 minutes et 59 secondes avant d’accorder un but face au Titan, mercredi soir. Le précédent record appartenait à Jean-Sébastien Giguère.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.