/news/green
Navigation

Elle gagne un concours et ira en Antarctique

concnours Antarctique
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Saint-Sauveur | Une Québécoise a remporté un concours international qui lui permettra d’aller en Antarctique afin de témoigner du réchauffement climatique auprès des jeunes.

« Je me sens super bien ! J’ai tellement travaillé fort », lance au bout du fil Camille Vachon, contactée par Le Journal.

La Laurentienne est préoccupée par le réchauffement climatique depuis qu’elle est petite. Lorsqu’elle a entendu parler du concours organisé par la compagnie Ocean Wide Expedition, qui offrait la chance de visiter l’Antarctique pendant 10 jours à ses frais, elle n’a pas perdu de temps.

« Je crois que je vais vraiment le réaliser en janvier prochain, c’est un peu surréel », trépigne-t-elle.

Humanitaire

La photographe de 22 ans rêve de visiter cette partie du monde depuis des années et d’y exercer son art à des fins humanitaires. Elle souhaite documenter les impacts des changements climatiques sur la faune de ce continent qui est, tout comme l’Arctique au Nord, affecté par le réchauffement planétaire.

« Il y a des banquises qui se détachent du continent. Ça ne va pas qu’affecter la faune locale. Ça va tous nous affecter avec la montée des océans », explique-t-elle.

Pour remporter le concours, qui se terminait jeudi, elle devait d’abord expliquer dans une vidéo pourquoi les gens devraient voter pour elle afin d’aller chercher le plus de votes possible.

La Québécoise a terminé avec 14 900 votes, alors que son plus proche rival, un Portugais, a terminé avec 12 157 votes.

Conférences

L’étudiante libre à l’Université de Montréal compte, à son retour, faire des conférences dans les écoles primaires.

Mme Vachon a beaucoup utilisé les réseaux sociaux et a visité des établissements scolaires pour mousser sa candidature. Elle avait de nombreux supporteurs.

« Le réchauffement climatique met en péril la vie de certains animaux et ils sont même en voie d’extinction. En allant faire ce voyage, elle pourrait peut-être aider à changer le monde petit à petit », explique William Turcotte, 16 ans, qui habite à Alma, au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

« Son but ultime est de conscientiser les jeunes à cette réalité. Ce sont eux, la génération de demain. Il est donc important de leur faire part de ce qui se passe sur notre planète », explique Sara Sanschagrin, 22 ans, qui a rencontré Mme Vachon au Cégep de Saint-Jérôme.