/weekend
Navigation

Deux peuples avec des similitudes

Deux peuples avec des similitudes
Photo courtoisie, Bruno Guérin

Coup d'oeil sur cet article

C’est une coproduction entre le Québec et l’Écosse qui prend place sur les planches du Théâtre de Quat’Sous. Coproduite avec le National Theatre of Scotland, la pièce bilingue a d’abord été présentée lors du Festival international d’Édimbourg. Elle évoque le référendum de 2014 qui s’est tenu en Écosse tout en faisant, à travers son texte, un parallèle avec le Québec.

C’est une coproduction entre le Québec et l’Écosse qui prend place sur les planches du Théâtre de Quat’Sous. Coproduite avec le National Theatre of Scotland, la pièce bilingue a d’abord été présentée lors du Festival international d’Édimbourg. Elle évoque le référendum de 2014 qui s’est tenu en Écosse tout en faisant, à travers son texte, un parallèle avec le Québec.C’est en septembre 2014 que se tenait le référendum sur l’indépendance de l’Écosse au sein du Royaume-Uni, où l’enjeu soulevait l’idée pour l’Écosse de devenir un pays indépendant. Le non l’emportait à 55 %. À partir de là, des créateurs des deux côtés de l’Atlantique, dont Philippe Ducros de Montréal et Davey Anderson ainsi que Linda McLean, tous deux de Glasgow, ont planché sur l’écriture d’une pièce.

Première neige/ First Snow qui s’est mérité un Fringe First Award lors du Edinburgh Festival, compte une distribution bilingue composée d’Écossais et de Québécois francophones et anglophones. Cette même distribution qui était présente en Écosse se retrouvera au Quat’Sous.

« On a des surtitres pour les parties anglophones à l’inverse de ce que l’on a fait à Édimbourg », précise la comédienne Isabelle Vincent qui figure parmi la distribution.

Trame fictive

Bien que le point de départ soit un fait historique, nous ne sommes pas dans le théâtre-documentaire. « Il y a une trame fictive », souligne Isabelle Vincent qui a participé avec les autres acteurs à des rencontres et des discussions avec notamment des spécialistes de l’histoire. « Les Écossais sont arrivés ici et ont fondé, entre autres, La Banque de Montréal. » Ainsi, plusieurs faits qui sont réellement survenus viendront se fondre à une histoire fictive campée près de la région de Mégantic, où l’on compte plusieurs Écossais qui y ont immigré.

Celle-ci tourne autour du personnage d’Isabelle Vincent, qui interprète une mère québécoise qui s’est mariée à un Écossais et qui a vécu quelques années avec lui en Écosse. Elle est peintre et a connu un certain succès. On va la découvrir alors qu’elle convoque ses enfants, son frère et sa grande amie qui est Écossaise tandis qu’elle se questionne sur son avenir souhaitant prendre des décisions éclairées. « Elle a milité tant en Écosse qu’au Québec lors des deux référendums », révèle-t-elle.

Quête existentielle

La pièce est construite de manière à ce que les spectateurs puissent, dans un premier temps, identifier ce qui est fictif et ce qui ne l’est pas. Mais à mesure que le parcours avancera, ce sera beaucoup plus nuancé.

Dans cette histoire, on va évoquer la quête existentielle et l’héritage du territoire tandis que chacun a ses propres revendications.

La pièce n’évoque pas uniquement les deux référendums, mais l’idée de communiquer. « Lorsqu’on a des points de vue diamétralement opposés, qu’est-ce qu’on fait ? » questionne la comédienne. « Est-ce qu’on peut se parler ? »

Chacun exposera ses idées, que l’on soit francophone ou anglophone.

Par ailleurs, Isabelle Vincent est de la distribution de la série télé, Appelle-moi si tu meurs offerte sur Club illico.

Première neige / First Snow

Auteur : Davey Anderson, Philippe Ducros et Linda McLean

Mise en scène : Patrice Dubois

Distribution : Charlotte Aubin, François Bernier, Guillermina Kerwin, Thierry Mabonga, Fletcher Mathers, Harry Standjofski et Isabelle Vincent

Jusqu’au 23 mars au Théâtre de Quat’Sous