/entertainment/music
Navigation

Michael Jackson: les personnificateurs lui demeurent fidèles

Les récentes révélations ne changent rien pour ces artistes

Jimmy Moore
Photo courtoisie Jimmy Moore

Coup d'oeil sur cet article

Deux artistes québécois qui gagnent en partie leur vie depuis plusieurs années en devenant Michael Jackson sur scène affirment qu’ils vont continuer de personnifier leur idole, malgré les lourdes accusations de pédophilie contenues dans le documentaire-choc Leaving Neverland.  

«Je ne changerai rien à ce que je fais», tranche Gabriel Desbiens. «J’ai commencé ça juste avant sa mort, en 2008, alors que son image n’était vraiment pas à son meilleur, mais je le faisais parce que c’était mon rêve de monter ce spectacle», ajoute celui qui ne croit pas que la controverse va lui coûter des contrats.   

Gabriel Desbiens
Photo courtoisie
Gabriel Desbiens

 

Même son de cloche de la part de Jimmy Moore, un autre personnificateur bien connu du roi de la pop. À son avis, les gens continueront d’aller voir ses spectacles.   

«Pas du tout», répond-il quand on lui demande s’il s’attend à des changements dans son travail.   

Les deux artistes se glisseront d’ailleurs dans la peau de Michael Jackson de nouveau lors de représentations de leur spectacle respectif qui auront lieu au mois de juin.   

Timing dénoncé  

Pour des raisons différentes, Jimmy Moore et Gabriel Desbiens dénoncent Leaving Neverland.   

«Je ne dénigre pas ce que ces gens rapportent et je ne remets pas en qestion leur parole. La seule chose qui m’agace, c’est que ça sorte au moment des dix ans de la mort de Michael Jackson », soutient M. Moore, qui dit souhaiter que les deux accusateurs de son idole n’aient pas été payés.   

«Si on me fournit une preuve que ces gens n’ont eu aucun dédommagement pour raconter leur histoire, alors là ça m’intéresse sincèrement. Mais les circonstances dans lesquelles tout ça a été mis au jour, au moment des célébrations des fans après dix ans, sont un peu minables. Il y a un marketing derrière ça qui n’a pas lieu d’être», affirme celui qui n’a pas l’intention de regarder le documentaire.   

Il ne les croit pas  

Pour sa part, Gabriel Desbiens dit n’avoir jamais cru un seul mot des allégations de pédophilie à l’endroit de Michael Jackson.   

«Il était plutôt une personne naïve et sensible qui pense différemment des autres. Je crois qu’il voulait tout simplement faire plaisir en invitant les gens chez lui pour qu’ils s’amusent. Il voulait jouer avec des enfants pour vivre l’enfance qu’il n’a pas eue. Jamais il n’aurait fait quoi que ce soit à un enfant», soutient M. Desbiens.   

Une scène de <i>Leaving Neverland</i>.
Photo courtoisie, HBO
Une scène de Leaving Neverland.

Pas question donc pour ces deux artistes de tourner le dos à la défunte vedette.   

«Le message d’espoir que Michael Jackson a donné à travers sa musique m’inspire quand même. Ça ne fera pas en sorte que je vais moins l’aimer», conclut Jimmy Moore.