/news/politics
Navigation

Pénurie de main-d’œuvre : il faut valoriser les ressources intermédiaires, dit l’opposition

Coup d'oeil sur cet article

Libéraux et péquistes invitent le gouvernement Legault à revaloriser les emplois dans les ressources intermédiaires du Québec, où 2 500 postes sont présentement vacants.

Une grave pénurie de main-d’œuvre frappe ces milieux de vie destinés aux personnes qui ne peuvent rester à la maison, sans nécessairement nécessiter des soins en CHSLD, révélait Le Journal lundi. Les 937 Ressources intermédiaires du Québec sont détenues par des propriétaires privés ou des organismes à but non lucratif, mais elles sont financées à 100 % par des fonds publics.

«C’est un autre cri du cœur qui nous donne un portrait des effets de la pénurie de main-d’œuvre», a commenté la porte-parole libérale pour les aînés et les proches aidants, Monique Sauvé.

La députée de Fabre estime que Québec doit miser sur la promotion des métiers dans ces environnements de travail méconnus. «Il y a là des beaux milieux de travail, des beaux milieux de vie et je trouve que ça mériterait non seulement qu’on comble les postes, mais qu’on fasse connaître davantage ces belles ressources», dit-elle.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

La porte-parole péquiste en matière de services sociaux, Lorraine Richard, abonde dans le même sens. «Un grand chantier de revalorisation du métier doit être mis en branle, et ce le plus rapidement possible, a-t-elle commenté dans une déclaration écrite. La situation précaire des préposées au bénéficiaire, souvent sans formation, doit faire l’objet de cette réflexion pour éviter des fermetures de RI.»

Meilleures conditions de travail

Du côté du gouvernement, les ministres de la Santé et des Aînés étaient indisponibles en cette semaine de relâche parlementaire.

Tout en rappelant que les RI sont des établissements privés, le cabinet de la ministre de la Santé, Danielle McCann, a dit vouloir «accompagner le mieux possible l’ensemble des établissements du réseau dans leurs efforts de recrutement».

«Cela passe aussi par de meilleures conditions de travail. Nous sommes ouverts à étudier la question de manière plus approfondie. Les préposés aux bénéficiaires accomplissent un travail difficile et essentiel», écrit son attaché de presse.