/sports/football/rougeetor
Navigation

Des mots réconfortants

À sa 4e saison, Vincent Lévesque obtiendra un poste de maraudeur partant

Vincent Lévesque
Photo Kevin Kolczynski Vincent Lévesque (photographié à Orlando lors du camp du Rouge et Or) est l’homme de confiance du coordonnateur défensif Marc Fortier à la position de maraudeur.

Coup d'oeil sur cet article

ORLANDO | Les propos de Marc Fortier ont été comme une douce musique aux oreilles de Vincent Lévesque.

Le coordonnateur défensif du Rouge et Or nous disait, plus tôt cette semaine, que Lévesque était son gars de confiance pour le poste de maraudeur partant qui est libre, en raison du départ de Kevin McGee. Ce dernier a complété son parcours universitaire.

« C’est vraiment flatteur d’entendre ces propos », a exprimé Lévesque.

« J’ai appris d’un bon maraudeur et je suis prêt à relever le défi. J’ai vu de l’action en 2017. À ma quatrième saison, c’est l’occasion rêvée d’obtenir un poste de partant. C’est le moment ou jamais. Ce fut plus difficile au début d’apprendre une nouvelle position, mais les entraîneurs m’ont fait confiance.

« Pour connaître du succès, je dois avoir confiance en moi, connaître mes jeux et apporter les bons ajustements, rajoute Lévesque. Je peux apporter du leadership et je suis un bon coéquipier. Je vais toujours prioriser l’équipe avant ma personne. »

Polyvalence

Conscient de ce que Lévesque peut accomplir sur le terrain, Fortier a décidé qu’il serait préférable pour l’ancien quart-arrière des Gaulois de La Pocatière d’évoluer à une autre position pendant le camp du printemps.

Le principal intéressé n’a pas de problème à accepter cette décision d’être muté comme secondeur hybride.

« Jouer à une autre position va me permettre de m’améliorer comme joueur de football », a expliqué celui qui a été partant à la Coupe Mitchell et Vanier en 2017, en raison de la suspension à McGee.

« J’avais joué comme secondeur hybride l’an dernier contre Sherbrooke. Ce changement pendant le camp permet aussi à des jeunes de prendre de l’expérience. Je comprends la situation et j’avais vécu la même chose dans le passé. »

Baptême universitaire

La mutation de Lévesque permet à la recrue Félix Petit et à Didier Lacombe de se partager le travail comme maraudeurs.

Demi défensif du côté large du terrain, Alexandre Lebreton voit également de l’action comme maraudeur.

Petit est très heureux de vivre son baptême dès le camp du printemps.

« Je ne peux pas m’imaginer que je me serais fait lancer ça dans la face à deux semaines seulement du début de la saison, a imagé le produit des Cougars du Collège Champlain. J’aurai une longueur d’avance au camp en août. Je dois comprendre les jeux avant de savoir où aller. Ça va vite, tant au niveau de la vitesse que de l’exécution, et je n’ai pas le temps de penser entre les jeux. »

Même s’il vit une période d’apprentissage, Petit souhaite être habillé dès sa première campagne universitaire.

« C’est mon objectif, a souligné celui qui a été élu sur l’équipe d’étoiles du circuit collégial Division 1 en 2017 et 2018. Les gars m’aident vraiment beaucoup. Il y a une belle ambiance. Les gars m’incluent et je me sens à ma place. »

Maxym Lavallée ne tient rien pour acquis

Maxym Lavallée à l’entraînement à Orlando, en Floride, cette semaine. Habillé lors des huit parties de sa saison recrue, il a réussi 16,5 plaqués et rabattu trois passes.
Photo Kevin Kolczynski
Maxym Lavallée à l’entraînement à Orlando, en Floride, cette semaine. Habillé lors des huit parties de sa saison recrue, il a réussi 16,5 plaqués et rabattu trois passes.

Même s’il bénéficie d’une longueur d’avance pour le poste de partant comme demi défensif du côté court du terrain, Maxym Lavallée ne tient rien pour acquis.

« Je me sens certainement prêt pour occuper un poste de partant, mais je dois travailler fort et me donner à 120 % à chaque entraînement », a mentionné Lavallée.

« C’est le fun que les entraîneurs m’aient fait confiance l’an dernier quand Gabriel Ouellet s’est blessé, mais je dois m’assurer de garder leur confiance. »

Au moment de son recrutement en 2018, Lavallée était dans les plans pour succéder à Ouellet quand ce dernier compléterait son parcours universitaire, mais le scénario a été devancé quand le vétéran s’est blessé à une cheville et qu’il a raté deux parties.

Lavallée a frappé en relève. « J’ai obtenu beaucoup d’expérience et Gabriel m’a servi de mentor, a-t-il souligné. Adam Auclair m’a aussi beaucoup aidé comme joueur et comme personne. Il a aidé mon intégration à l’équipe. Adam est toujours le premier pour exécuter un exercice et ça te pousse encore plus. »

« J’ai réussi quelques bons jeux quand j’ai eu l’opportunité d’être partant, mais j’ai aussi commis beaucoup d’erreurs, rajoute le produit du Campus Notre-Dame-de-Foy. Il n’y a rien de parfait et tous les aspects de mon jeu sont à améliorer. »

Occupé

Lavallée n’a pas le temps de chômer au camp du printemps. Le Rouge et Or mise seulement sur deux demis défensifs du côté court du terrain.

La recrue Thomas Landry ne fera ses débuts qu’en août au camp d’entraînement, alors que Laurence Poirier-Viens et Louis-Philippe St-Amant ont été opérés pendant la saison morte.

« C’est une très belle opportunité, puisque nous ne sommes que deux. Souleymane [Karamoko] et moi, on travaille fort ensemble. »

Le demi de coin Hugo Larue voit de l’action à l’occasion comme demi défensif pour donner un répit à ses coéquipiers.

Parmi les gros jeux que Maxym Lavallée a réussis, il a conservé un précieux souvenir de son interception en fin de match à la Coupe Vanier, qui scellait l’issue de la rencontre.

« Le ballon est dans un cadre à la maison familiale et mon père est bien fier de le montrer quand il y a de la visite. Après le jeu, le préposé aux ballons voulait le ravoir, mais il n’en était pas question. »

« Après le match, un petit enfant est venu me voir et m’a demandé si je voulais lui donner. Peut-être une prochaine fois, mais celui-ci, je pense que je vais le garder, que je lui ai répondu. »

Blanchard tourne le dos à la NCAA

Le botteur Vincent Blanchard a fait une croix sur la NCAA.

« J’ai reçu neuf appels d’équipes de la NCAA, mais ça n’ira pas plus loin, a confirmé Blanchard. Je n’ai pas reçu d’offre et mon SAT (test d’admission) n’est pas fait. C’est certain à 99 % que je vais jouer à Laval en septembre. »

« J’aime ce que je vois ici et l’esprit d’équipe, rajoute le produit du Campus Notre-Dame-de-Foy. C’est gros le programme de Laval, et ça ne donne rien d’aller voir ailleurs. »

Formalité

Parce qu’il n’étudie pas encore à Laval, Blanchard ne peut pas s’entraîner avec l’équipe en Floride, mais il a son entraîneur privé.

Le spécialiste des botteurs, Steve Wolf, est débarqué à Orlando, dimanche soir, pour travailler avec Blanchard et Dominic Lévesque qui se préparent pour le camp d’évaluation régional de la LCF le 13 mars à Montréal.

Parce que Wolf n’est pas un entraîneur du Rouge et Or et qu’il agit comme consultant, il peut travailler avec Blanchard.

« Moi et Dominic, on a une séance privée, a-t-il souligné avec le sourire. Je voulais connaître les joueurs de l’équipe et prendre de l’avance pour le camp d’entraînement du mois d’août. »

Guéri

Ennuyé par une blessure à une hanche qui lui a fait rater un camp de Chris Sailer en Arizona à la mi-février, Blanchard indique que tout est maintenant rentré dans l’ordre.

Thomas Bolduc se retrouve dans une situation similaire, sauf que son rôle est très limité.

« Je suis ici seulement pour observer, a expliqué le quart-arrière des Cougars du Collège Champlain, qui ne commencera ses études universitaires qu’en septembre. Je ne m’implique pas, mais je prends des répétitions mentales. J’en ai parlé avec mon père (André Bolduc, l’entraîneur des porteurs de ballons des Alouettes de Montréal) et il trouvait que c’était une bonne idée de payer mes dépenses pour me rendre en Floride pour voir ce qui se passait avec l’équipe. Ça va m’aider à mieux me préparer pour le camp d’entraînement en août. »

Bolduc a profité de la semaine de lecture au Collège Champlain pour accompagner ses futurs coéquipiers, même s’il ne peut pas s’entraîner avec l’équipe.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions