/news/health
Navigation

Vers une cure de jouvence pour ralentir le vieillissement

Une percée scientifique majeure pourrait permettre de vivre plus longtemps

Coup d'oeil sur cet article

 Des chercheurs montréalais ont réalisé une percée scientifique majeure qui pourrait permettre de ralentir le vieillissement, grâce à l’effet combiné d’extraits de plantes qui agirait comme une véritable cure de jouvence.  

 Il y a deux ans, des chercheurs de l’Université Concordia et de la société Idunn Technologies sont parvenus à démontrer que six extraits de plantes permettent de prolonger la longévité de cellules de levures, dont le vieillissement s’apparente à celui des cellules humaines.     

  

 Grâce à ces plantes naturelles sans danger pour l’humain, la durée de vie des cellules est passée de 2,5 à 8 jours, soit une augmentation de la longévité plus efficace que toute autre molécule chimique connue. Cette découverte avait fait l’objet d’une couverture médiatique aux quatre coins du globe.      

 Effet de « synergie »  

 Or ces mêmes chercheurs viennent maintenant de faire la démonstration que l’effet de synergie, c’est-à-dire la combinaison de deux de ces extraits de plantes, décuple leurs bienfaits, faisant passer la durée de vie des cellules cobayes de 2,5 jours à plus de... 25.     

Vladimir Titorenko, professeur de biologie
Photo Benoît Philie
Vladimir Titorenko, professeur de biologie

 « On est en train de tourner une grande page au niveau de la science du vieillissement. C’est une découverte encore plus importante que celle qu’on avait déjà publiée », affirme Éric Simard, président de Idunn Technologies et corédacteur de l’étude avec Vladimir Titorenko, chercheur principal et professeur de biologie à l’Université Concordia.      

 Vivre plus longtemps en santé  

 Cette percée scientifique, qui a fait l’objet d’une publication dans la revue scientifique Oncotarget, permet de croire que la combinaison de deux extraits de plantes pourrait permettre de retarder l’apparition ou la progression de maladies liées à l’âge avancé chez l’humain, explique M. Simard, dont l’entreprise commercialise des produits naturels développés à la suite de ces percées scientifiques.      

 Ces travaux de recherche ont aussi porté sur les effets d’une combinaison entre l’un des six extraits de plantes avec la spermidine ou du resvératrol, deux molécules que l’on retrouve dans certains aliments, déjà connues pour leurs bienfaits anti-vieillissement.      

 Le pouvoir anti-âge de ces deux molécules ainsi jumelées est aussi décuplé lorsqu’elles agissent sur deux composantes différentes impliquées dans le processus de vieillissement des cellules, précise M. Simard.      

 Les tests se poursuivent en laboratoire afin d’évaluer les effets de quinze autres paires de molécules sur la longévité des cellules, dans le cadre d’une autre étude.      

  • ÉCOUTEZ l’entrevue d’Éric Simard à Dutrizac de 6 à 9

 Les plantes anti-âge    

 L’écorce de saule blanc  

Photo courtoisie

  

 Les graines de céleri  

Photo courtoisie

  

 La valériane  

Photo courtoisie

  

 La passiflore  

Photo courtoisie

  

 L’actée à grappes noires  

Photo courtoisie

  

 Ginkgo biloba  

Photo courtoisie

  

 Deux autres molécules anti-âge dans l’alimentation      

 La spermidine  

  

Photo Fotolia

   

  •  Présente dans les châtaignes, les noisettes, les amandes, les pistaches, les légumineuses           

 Le resvératrol  

Photo Adobe Stock

   

  •   Présent dans le vin rouge, le chocolat noir, les arachides, les bleuets, les mûres