/news/currentevents
Navigation

Un deuxième ado des Pères Maristes reçoit une absolution conditionnelle

Un deuxième ado des Pères Maristes reçoit une absolution conditionnelle
Photo d'archives, Sophie Côté

Coup d'oeil sur cet article

Un adolescent du Séminaire des Pères Maristes qui a plaidé coupable à des accusations de leurre a reçu une absolution conditionnelle. Il devra effectuer 30 heures de travaux communautaires et participer à un processus de réparation avec les trois victimes.   

La juge Judith Landry de la Chambre de la jeunesse a tenu à saluer le courage des victimes, trois adolescentes de l’école privée de Sillery qui ont dénoncé les gestes «inacceptables» de leurs camarades de classe.  

«Je souhaite que la conclusion de ce pan du processus judiciaire permette aux victimes de tourner la page sur cette triste histoire et de débuter un processusde guérison de leurs plaies», a dit la magistrate.   

Elle a retenu comme principal facteur aggravant les souffrances importantes que les crimes ont provoquées chez les victimes, tout en soulignant que les répercussions ne pouvaient toutes être attribuées à l’accusé, qui a agi dans un contexte de groupe.     

«Détresse, honte, angoisse, anxiété, perte d’estime et de confiance en soi, isolement social, problèmes de sommeil, atteinte à l’intégrité et à la réputation, changement d’école, baisse de rendement scolaire, idées noires, état dépressif avec phase suicidaire pour l’une d’elles», a énuméré la juge.     

Couverture médiatique «exceptionnelle»  

La présidente du tribunal a considéré la «couverture médiatique exceptionnelle, qui a entraîné des répercussions négatives pour l’accusé et pour les victimes» comme un facteur atténuant, tout comme le jeune âge de l’accusé, le fait qu'il n'ait pas d’antécédents judiciaires et le fait qu'il ait reconnu sa culpabilité, notamment. «Il assume sa responsabilité et il a collaboré aux mesures mises en place», a noté la juge.  

Lors des observations sur la peine, la semaine dernière, la Couronne avait suggéré l’imposition de trois fois plus d’heures de travaux communautaires (90 heures), tandis que la défense n’en souhaitait pas.  

Dans le cadre d’un processus de justice réparatrice souhaité par les jeunes filles, le garçon aura l’occasion de «réparer les torts causés aux victimes». «Il pourra s’amender et expliquer le pourquoi de ses gestes», a expliqué, en marge de l’audience, le procureur de la Couronne, Me Hugo Breton.  

Le jeune de 15 ans devra veiller à ne pas importuner deux des victimes dans la prochaine année. La mère de la troisième victime demandait un interdit de contact complet pendant deux ans, mais la juge a décidé que l’adolescent devrait s'abstenir pendant un an d'entrer en contact avec elle.  

Les mères des adolescentes, présentes avec ces dernières, n’ont pas souhaité commenter le jugement après l’audience.  

Elles sont «satisfaites» et ont apprécié que la juge ait souligné le courage des jeunes filles, a indiqué Me Breton.  

Snapchat  

Lors de l’année scolaire 2017-2018, alors qu’il était âgé de 13 puis de 14 ans, il avait insisté auprès des jeunes filles, en conversant sur Snapchat, pour qu'elles lui transmettent des photos de leurs seins, parfois même de leurs parties intimes.  

Comme d’autres accusés, il les mettait en confiance et leur répétait qu’elles étaient les plus belles.  

Le jeune garçon, qui a plaidé coupable à trois chefs de leurre et à un autre d'avoir rendu accessible une image intime sans consentement, est l’un des deux adolescents qui fréquente toujours le Séminaire des Pères Maristes.  

Rappelons que les jeunes filles ont toutes quitté l’établissement scolaire.  

Des cinq adolescents accusés dans cette affaire de partage de photos sexuellement explicites de trois camarades de classe féminines, il est le deuxième à recevoir sa peine.  

Un autre doit plaider coupable à certains chefs et subir son procès pour une accusation d’agression sexuelle dans trois semaines, tandis qu’un autre encore aura son procès fin avril.  

Un cinquième adolescent a plaidé coupable et doit recevoir sa peine ce printemps.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.