/news/currentevents
Navigation

Crimes sexuels: des féministes manifestent contre «les lacunes» du système au palais de justice de Québec

Crimes sexuels: des féministes manifestent contre «les lacunes» du système au palais de justice de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Une vingtaine de manifestantes ont fait irruption au palais de justice de Québec, vendredi, pour dénoncer «les lacunes» du système judiciaire à l’égard des femmes victimes de crimes sexuels.   

«La justice, c’est de la marde», ont scandé des citoyennes féministes lors de l’action de perturbation tenue en ce 8 mars, Journée internationale des droits des femmes.  

«Nous sommes trop nombreuses encore en 2019 à être oubliées ou déboutées par le système de justice», a protesté une participante.  

«Aujourd’hui se joue une scène d’humour grotesque où un homme connu comparaît pour clamer son innocence, a ajouté une autre en référence à Gilbert Rozon, à Montréal. Nous nous souvenons: une seule plainte sur 14 a été retenue. [...] Nous continuerons de lutter pour que justice soit rendue.»  

Par leur action, les femmes ont expliqué souhaiter faire pression sur les gouvernements pour que des changements «profonds» soient entrepris, notamment pour «humaniser» le traitement judiciaire des victimes d’agressions sexuelles.  

Elles sont encouragées par les discussions non partisanes entre les différents partis à l’Assemblée nationale, qui ont évoqué la création d’un tribunal spécialisé dans les crimes sexuels.  

«Il faut vraiment créer ce tribunal-là spécialisé, mais il ne faut pas le faire en vase clos. Il faut impliquer les victimes d’agressions sexuelles dans le processus», a soutenu Marie-Ève Duchesne, l’une des porte-paroles de l’action de vendredi à Québec.