/weekend
Navigation

Théodore Pellerin: un début de carrière fulgurant

Théodore Pellerin
Photo: Jocelyn Michel / leconsulat.ca Théodore Pellerin

Coup d'oeil sur cet article

En peu de temps, Théodore Pellerin a réussi à imposer sa patte sur le milieu du cinéma.

Du Québec à Hollywood, tout le monde s’arrache aujourd’hui ce jeune acteur de 21 ans qui a été révélé il y a à peine cinq ans dans la série télé 30 Vies. Et ce n’est qu’un début.

On rencontre Théodore Pellerin un jeudi après-midi de la mi-février, alors que le jeune acteur québécois vient tout juste de revenir à Montréal, après avoir passé les cinq derniers mois à La Nouvelle-Orléans pour le tournage de la série américaine On Becoming a God in Central Florida, dans laquelle il joue aux côtés de l’actrice américaine Kirsten Dunst.

Pellerin, qu’on pourra voir au grand écran dès la semaine prochaine dans le film québécois Genèse, n’a pas eu vraiment le temps de défaire ses valises, puisqu’un autre tournage l’attendait déjà à Sudbury, en Ontario.

Ainsi va la vie de Théodore Pellerin depuis deux ans. L’acteur, qui est le fils de la chorégraphe Marie Chouinard et du peintre Denis Pellerin, enchaîne les tournages et les projets à un rythme étourdissant. L’an passé, on l’a vu dans trois films québécois qui ont pris l’affiche à quelques semaines d’intervalle, dont Chien de garde qui lui a valu le prix de la révélation de l’année au Gala Québec Cinéma.

C’est aussi l’an passé que sa carrière anglophone a réellement pris son envol. Il a récemment joué dans le drame hollywoodien Boy Erased (qui met en vedette Lucas Hedges, Russell Crowe et Nicole Kidman), en plus d’avoir obtenu un petit rôle dans la seconde saison de la série de Netflix The O.A. qui sera lancée dans quelques semaines.

« Au début, je trouvais que ça allait un peu vite, admet Théodore Pellerin quand on le questionne sur sa rapide ascension dans le milieu du cinéma.

« Mais je pense que j’ai réussi à apprivoiser le rythme et surtout que j’ai trouvé les bonnes personnes pour m’entourer dans tout cela. Je suis entouré de gens — je pense notamment à mes agents — à qui j’accorde beaucoup de confiance. Mais je reste conscient que ça va vite et que je suis privilégié parce que j’ai accès à de beaux projets et j’ai la chance de travailler avec des gens de grand talent. Je ne ressens pas de sentiment d’essoufflement. J’ai plutôt un sentiment de motivation et d’éveil. Je suis content, je me sens à ma place et je vais continuer d’aller vers ça. »

Pas calculé

Il y a encore trois ans, Théodore Pellerin n’avait pas l’ambition de faire carrière en anglais. C’est en décrochant un des rôles principaux du film canadien anglais Never Steady, Never Still qu’il a commencé à susciter de l’attention à l’extérieur du Québec.

« C’est vrai que ç’a été l’élément déclencheur, observe-t-il. Ça m’a permis de faire un autre film anglophone par la suite et de rencontrer des agents qui ont fait en sorte que je me fasse proposer d’autres rôles. Ensuite, je dirais que la sortie de Boy Erased a eu un impact majeur. C’est une autre catégorie de film, avec des acteurs qui ont un parcours incroyable. Quand tu joues dans ce genre de film, les gens ont plus d’intérêt à te rencontrer pour t’offrir des rôles. »

Théodore Pellerin vient de passer cinq mois à La Nouvelle-Orléans pour le tournage de On Becoming a God in Central Florida, une série américaine qui sera diffusée plus tard cette année sur la chaîne YouTube Premium. C’était la première fois qu’il participait à un aussi long tournage à l’extérieur du Québec.

« J’ai été très chanceux parce que j’ai trouvé là-bas une équipe de gens que j’aime beaucoup et avec qui j’ai passé cinq mois assez géniaux, raconte-t-il. C’est sûr que c’est dépaysant au début de t’installer pendant si longtemps dans une ville que tu ne connais pas. Mais c’est aussi nourrissant, ça fait découvrir d’autres cultures, d’autres façons de vivre, de créer et de travailler. C’était très enrichissant. Je m’aperçois que j’apprends beaucoup en travaillant avec des personnes différentes comme ça. »

Travailler avec des stars

Annoncé comme une comédie noire, On Becoming a God in Central Florida se penchera sur le culte de l’entrepreneuriat et de la poursuite du rêve. La série, dont l’histoire se déroule au début des années 1990, suit le parcours d’une jeune mère d’un bébé de six mois qui se retrouve sans argent après avoir perdu son mari. Elle tentera de s’enrichir en gravissant les échelons de la même entreprise pyramidale qui avait mené à la perte de son mari.

Théodore Pellerin, qui joue un des premiers rôles de la série, partage la plupart de ses scènes avec l’actrice Kirsten Dunst [Spider-Man, Melancholia].

« Je ne cacherai pas que c’est un peu impressionnant au début quand on travaille avec des vedettes hollywoodiennes. Mais ça se désintègre rapidement, parce que si tu connectes avec la personne et que tu as envie de travailler avec elle, ça revient au même.

« Je viens de tourner pendant cinq mois avec Kirsten Dunst, et c’est une actrice qui a une énorme générosité, beaucoup d’humour et une grande présence. C’est très facile de travailler avec elle. C’est aussi le fun de regarder ces gens-là travailler et de jouer avec eux, parce que ça me nourrit comme acteur. Je peux les observer et voir ce qui fonctionne. Je m’aperçois aussi que souvent, plus les acteurs sont connus et qu’ils ont du talent, plus ils sont faciles d’approche et plus ils sont simples et ouverts. J’apprends beaucoup en les côtoyant. »


♦ Le film Genèse prend l’affiche vendredi prochain (le 15 mars).

 

Acteur sans frontières

Même s’il est de plus en plus courtisé à l’extérieur du Québec, Théodore Pellerin n’a pas l’intention d’arrêter de jouer dans des films québécois. Bien au contraire.

L’acteur de 21 ans est d’ailleurs une des vedettes principales de Genèse, le prochain film du cinéaste Philippe Lesage (Les démons), qui prend l’affiche vendredi prochain (le 15 mars) au Québec. Genèse a connu un parcours exceptionnel à l’extérieur de la province, récoltant plusieurs prix dans la cinquantaine de festivals internationaux où il a été présenté.

« Le succès de Genèse à travers le monde ne me surprend pas du tout, indique Théodore Pellerin. Pour être honnête, je m’attendais un peu à cela parce que j’avais vraiment adoré le scénario du film. Je trouve que Philippe est un réalisateur incroyable. Son film précédent, Les démons, était moins accessible, mais il avait eu aussi beaucoup de succès dans les festivals. »

Genèse relate la naissance des premières amours chez trois adolescents dans le tumulte de leur jeunesse. Théodore Pellerin incarne un de ces trois personnages, un jeune homme de 16 ans qui éprouve une attirance pour son meilleur ami.

« C’est vraiment un très beau personnage, à la fois complet et complexe, souligne Pellerin. Je me suis un peu reconnu en lui parce que comme lui, je faisais un peu le clown dans la classe et ça ne correspondait pas vraiment avec la personne que j’étais quand je rentrais à la maison. Je pense qu’on a tous un peu cela, une sorte de personnage qu’on joue en public. Et ce phénomène est très prononcé à l’adolescence parce qu’on n’est pas encore tout à fait conscient de notre intériorité. »

Faire des choix

Pellerin est conscient qu’en travaillant plus à l’étranger, il aura moins de temps pour les projets québécois qui l’intéressent.

« C’est sûr que je dois faire des choix, dit-il. Il y a des projets que je ne pourrais pas faire ici au Québec à cause des horaires. Mais ce sont des champagne problems, comme on dit. Si un projet m’intéresse vraiment, je vais m’arranger pour le faire, qu’il vienne des États-Unis ou du Québec. Je n’ai honnêtement pas de préférence. Mon rêve, c’est de pouvoir faire juste les projets qui me tentent, que ce soit en Europe, au Québec ou aux États-Unis. Je ne veux pas appartenir à un territoire ou à une industrie. »

L’ascension de Théodore Pellerin

  • 2013 | À 16 ans, Théodore Pellerin décroche son premier rôle à l’écran dans la série télé 30 vies.
  • 2015 | Il obtient un des trois rôles principaux de la série Med, aux côtés de Pier-Luc Funk et Mehdi Bousaidan. Diffusée sur les ondes de VRAK, la série connaît un beau succès auprès des jeunes.
  • 2017 | Le film canadien-anglais Never Steady, Never Still, dans lequel Théodore Pellerin joue pour la première fois en anglais, est présenté au Festival de Toronto.
  • Début 2018 | Théodore Pellerin est très présent sur les écrans québécois, jouant des rôles importants dans trois films québécois (Isla Blanca, Ailleurs et Chien de garde) qui prennent l’affiche à quelques semaines d’intervalle.
  • Automne 2018 | Sortie du film Boy Erased (Garçon effacé) dans lequel il partage la vedette avec Lucas Hedges, Nicole Kidman et Russell Crowe.
  • Automne 2018 et hiver 2019 | Tournage de la première saison de la série américaine On Becoming a God in Central Florida, dans laquelle il joue aux côtés de l’actrice Kirsten Dunst. La série sera diffusée plus tard cette année sur la chaîne YouTube Premium.