/entertainment
Navigation

La bonne fibre... la laine mérinos

female Runner in winter mountain surrounding
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La course à pied, dans chacun de ses gestes, implique le travail de plusieurs fibres musculaires en alternance de contractions et de relâchements. Présentes par milliers dans chaque muscle, celles-ci jouent donc un rôle important, voire capital pour le coureur, pour le sportif en général.

Depuis quelques années, un autre type de fibre fait aussi parler d’elle dans le milieu du sport : la fibre textile de mérinos.

Évidemment, les raisons qui l’amènent dans les conversations lui sont propres : c’est une question de confort ! La laine de mérinos fait partie de la vie de plusieurs coureurs et elle y mérite bien sa place. Voyons pourquoi.

Le mérinos

Le mérinos est un mouton originaire d’Espagne. Aujourd’hui, on en compte plusieurs variétés, principalement en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Contrairement aux traditionnelles races ovines qui préfèrent les champs, ces animaux, de par leur robustesse, sont capables de bien survivre aux étés ardents et aux hivers froids.

Bien que ces moutons soient de grande taille, c’est beaucoup leur pelage laineux qui explique leur résistance aux températures extrêmes.

Au grand bonheur des sportifs, cette race de moutons est championne du monde de la production lainière. Il y en a assez pour tout le monde !

La matière

La laine de mérinos est une fibre naturelle ultralégère et respirante. Aussi efficace par température chaude que par température froide, cette laine est presque devenue un joyau textile.

La laine dite d’été est capable de garder le mouton au frais même quand la température atteint 30 °C.

L’hiver, une couche de laine supplémentaire s’ajoute à la toison d’été de l’animal pour le garder au chaud. Voilà que, quelque peu transformée pour la commercialisation, cette matière devient l’alliée du sportif, du coureur : elle isole tout en évacuant l’humidité.

La matière, en plus d’être écologique, est lavable à la machine, a des propriétés antimicrobiennes qui éloignent l’odeur et est infroissable. Le génie qui a pensé à la créer devait être frisé !

Bien l’utiliser

La superposition de couches est sans aucun doute la bonne technique d’habillage à adopter, principalement l’hiver.

C’est ainsi que le vêtement de mérinos est adéquat tant pour la première couche que la deuxième parce qu’il est parfait pour garder au chaud et respirer.

Reste à ajouter duvet, plume, coupe-vent et/ou imperméable au besoin lors des moments plus froids. Lors de températures chaudes, la fibre de mérinos se transforme en short et en t-shirt pour sa légèreté et, toujours, sa capacité à respirer.

Elle est partout. On la retrouve même en chaussettes, petites culottes et soutiens-gorge.

Et... Il faut savoir que les vêtements en laine mérinos ont souvent un coût qui peut sembler élevé. Avec toutes ses propriétés, ça en vaut le coup ! C’est toujours à réfléchir selon ses besoins de sportif, de coureur.

De grandes chaînes de commerce au détail les proposent parfois à prix moindre. Dans des cas comme ceux-là, il faut s’assurer que le mélange de fibre de laine mérinos et d’une autre fibre convient.

Chose certaine, un mélange fibreux de la sorte aura probablement plus d’effets négatifs sur les propriétés du vêtement que sur la contraction musculaire.


«Enlainez-vous» et que ça saute (la clôture)!