/lifestyle/health
Navigation

L’activité physique pour un cerveau allumé

Coup d'oeil sur cet article

On en parle beaucoup et à juste titre. Avec le vieillissement de la population, nous observons de plus en plus de situations où des personnes voient leurs fonctions cognitives diminuer, au point d’en arriver, pour certains, à un diagnostic de démence ou de maladie d’Alzheimer.

Les conséquences pour les familles sont dévastatrices, quand grand-papa ne reconnaît plus l’amour de sa vie ou ses enfants et petits-enfants.

Par ailleurs, ces cas étant très lourds et nécessitant des soins importants, les coûts associés à la prise en charge de ces personnes sont très élevés, quoique tout à fait justifiés.

Ainsi, au Canada on estime que plus d’un demi-million de personnes souffrent de démence. Il serait donc important, tant pour les familles que pour la société, de prévenir autant que faire se peut cette terrible maladie.

Impact du mode de vie

Heureusement, la recherche est porteuse d’espoir. Bien qu’il y ait certaines formes de démence qui ont une forte composante génétique, saviez-vous que votre mode de vie peut contribuer à garder votre cerveau allumé ?

En effet, lorsqu’on parle de mode de vie et de santé, ce sont surtout les maladies du cœur (infarctus, insuffisance cardiaque, troubles du rythme) et le diabète de type 2 qui nous viennent à l’esprit.

Cependant, il est également important de rappeler que si le mode de vie (activité physique quotidienne et saine alimentation) affecte de façon très positive la santé des artères qui alimentent votre cœur, il peut également avoir un impact spectaculaire sur les vaisseaux sanguins qui nourrissent votre cerveau.

De nombreux travaux récents font le lien entre une alimentation de mauvaise qualité, la sédentarité, l’obésité abdominale et la santé du cerveau et impliquent l’état des vaisseaux sanguins qui perfusent votre cerveau.

Tout comme pour les artères du cœur, un tour de taille élevé, les troubles du transport du cholestérol, l’hypertension, le prédiabète et le diabète sont très dommageables pour celles qui perfusent votre cerveau.

Les techniques d’imagerie comme la résonance magnétique nous permettent de clairement identifier les régions du cerveau qui subissent des dommages.

Au début, lorsque ceux-ci sont mineurs, cela peut se manifester subtilement par des oublis, un peu d’incohérence temporaire, des difficultés d’élocution, etc.

Le cerveau s’endort

Cependant, à la longue, lorsque les dommages deviennent plus importants, le cerveau s’endort doucement, et des symptômes plus sévères apparaissent.

Pour contrer l’apparition de ces symptômes, on vous propose souvent plein de jeux et d’exercices pour aiguiser votre mémoire et votre cerveau et vous protéger du déclin cognitif, mais ne soyez pas dupes.

Toute cette gymnastique intellectuelle aura des effets bien limités sur un cerveau nourri par des vaisseaux sanguins en mauvais état.

La meilleure façon de stimuler votre cerveau est de bouger et de faire de l’exercice. Non seulement l’activité physique régulière aura des bénéfices pour votre cœur et sur vos facteurs de risque (tension artérielle, cholestérol, glycémie), mais vous allez stimuler et même rallumer votre cerveau !

Il n’est jamais trop tard pour le faire, mais plus vous allez le faire tôt, plus vous allez investir dans ce que j’appelle votre capital cognitif.

Au-delà de l’activité physique et de l’exercice, les études nutritionnelles ont montré que le régime méditerranéen riche en huile d’olive et en noix de toutes sortes réduisait non seulement le risque de maladies cardiovasculaires, mais également le risque d’accidents vasculaires cérébraux, et que cette diète protégeait contre le déclin cognitif.

Les données scientifiques sont donc fort encourageantes. Un mode de vie bon pour la santé du cœur est également bon pour la santé du cerveau. Si vous aimez jouer au Scrabble, amusez-vous bien !

Toutefois, si vous souhaitez vieillir en santé et garder votre cerveau en forme, il faut faire plus : bouger, bouger, bouger et bien nourrir son cerveau !

Ainsi, la prochaine fois que vous irez prendre une bonne marche, faire du vélo, du jogging, du ski de fond, de la natation, etc., pensez que vous investissez dans votre REER cerveau...

Un bon placement pour une retraite heureuse et active où vous pourrez profiter de vos enfants et de vos petits-enfants !

Jean-Pierre Després est professeur au Département de kinésiologie de la Faculté de médecine de l’Université Laval. Il est également directeur scientifique du Centre de recherche sur les soins et les services de première ligne de l’Université Laval, CIUSSS-Capitale-Nationale et directeur de la science et de l’innovation de l’Alliance santé Québec.