/news/provincial
Navigation

Stationnement dans Maizerets: les résidents prêts à payer pour désencombrer leurs rues

Une zone de vignettes instaurée d’ici l’automne près de l’hôpital de l’Enfant-Jésus

Les résidents du quartier résidentiel Maizerets, près du centre hospitalier de l’Enfant-Jésus, en ont assez que les travailleurs et les visiteurs de l’hôpital monopolisent les stationnements sur rue dans le secteur en plus d’accroître la circulation de transit. 
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS Les résidents du quartier résidentiel Maizerets, près du centre hospitalier de l’Enfant-Jésus, en ont assez que les travailleurs et les visiteurs de l’hôpital monopolisent les stationnements sur rue dans le secteur en plus d’accroître la circulation de transit. 

Coup d'oeil sur cet article

 

Fatigués que leurs rues soient prises d’assaut par des travailleurs et des visiteurs de l’Enfant-Jésus en quête d’un stationnement gratuit, les résidents du quartier Maizerets ont convaincu la Ville d’implanter une zone de vignettes payantes.  

D’ici l’automne, la Ville de Québec implantera la zone de permis de stationnement 28 afin de permettre aux résidents du quadrilatère formé de la rue Champfleury, de la 25e Rue, de l’avenue Monseigneur-Gosselin et du boulevard Montmorency de retrouver une certaine quiétude. 

Geneviève Hamelin. Conseillère municipale
Photo courtoisie
Geneviève Hamelin. Conseillère municipale

«Moi, on m’en parle depuis 2013. C’était vraiment une demande citoyenne. La majorité des gens étaient d’accord avec l’instauration d’un système de vignettes lorsqu’on les a invités à se prononcer là-dessus», a indiqué la conseillère municipale du district, Geneviève Hamelin.  

La seule solution  

Les résidents qui garent leur véhicule sur rue dans cette zone devront dorénavant payer 80 $ par an pour la vignette.  

Les commerçants du coin débourseront quant à eux 150 dollars.  

À défaut d’obtenir cette vignette – réservée à ceux qui ont une adresse municipale dans le secteur – il ne sera plus possible de garer son véhicule dans la rue toute la journée.  

«Les gens n’étaient pas nécessairement contents de devoir payer 80 $, sauf que c’est la seule façon pour la Ville d’avoir une poignée là-dessus et de résoudre le problème», confie en entrevue le président du Conseil de quartier de Maizerets, Martial Van Neste.  

«Ça fait longtemps qu’on en parle autour de l’hôpital. Les gens ont de la misère à sortir de leur cour, tellement il y a d’autos. Ça a augmenté beaucoup avec la construction du mégahôpital, puis, dans le futur, la pression sera plus importante.»  

Cases payantes disponibles   

Selon M. Van Neste, l’instauration de la vignette vise surtout les travailleurs de l’hôpital.  

«S’il n’y avait pas de solution de rechange, je pourrais comprendre, mais il y en a une. Les stationnements [payants] pour les employés n’affichent pas complet», a-t-il fait valoir. Ceux réservés aux patients et aux visiteurs sont aussi rarement pleins, selon la direction de l’hôpital.  

«Il y a encore des espaces libres. On fait notre possible de notre côté, mais on ne peut pas forcer les gens à venir dans nos stationnements», a indiqué le porte-parole du CHU de Québec, Jean-Thomas Grantham.  

Le tarif pour les employés qui utilisent les stationnements de la 24e Rue et de la 41e Rue est de 14,83 $/semaine.