/finance/business
Navigation

Air Canada se place en mode de gestion de crise

Des pilotes et agents de bord choisissent de ne pas voler à bord du 737 MAX 8

Coup d'oeil sur cet article

 Air Canada a mis en place mardi des mesures exceptionnelles pour répondre aux inquiétudes des pilotes, agents de bord et passagers qui refusent de monter à bord des appareils Boeing 737 MAX 8, a appris Le Journal. 

 L’entreprise a fait savoir qu’elle permettrait de façon exceptionnelle aux voyageurs mal à l’aise à l’idée de voler à bord de l’un de ces appareils de changer de vols sans pénalité, un geste de bonne volonté selon le voyagiste. 

 Fait tout aussi rare, les employés de la compagnie aérienne peuvent également demander à être réaffectés à d’autres vols. 

 « Nous savons que certains préfèrent ne pas exploiter cet appareil », reconnaît Air Canada dans une note de service acheminée à son personnel mardi, dont Le Journal a obtenu copie. 

 Il leur sera donc possible, au cas par cas, d’obtenir une réaffectation ou un remplacement. 

 Les agents de bord d’Air Canada sont préoccupés depuis l’écrasement du vol 302 d’Ethiopian Airlines, soutient pour sa part le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente les agents de bord. 

 « Ils ne veulent pas être obligés de travailler à bord des appareils Boeing 737 MAX 8 s’ils ne le souhaitent pas. La section Air Canada du SCFP [...] demande, à tout le moins, à la compagnie de continuer à offrir des réaffectations aux agents de bord qui ne veulent pas voler sur ces appareils », dit le président de la section, Wesley Lesosky. 

 « La sécurité des passagers et des membres d’équipage doit être la priorité », ajoute M. Lesosky. 

 24 appareils 

 La porte-parole d’Air Canada, Isabelle Arthur, a refusé nos nombreuses demandes d’entrevue. 

 Dans un échange de courriels, elle a mentionné que la société a « pleinement » confiance en la sécurité de ses activités et de son parc aérien. Air Canada exploite ce type d’appareil depuis 2017. Il en détient actuellement 24. 

 Air Canada continuera de faire voler ces appareils dans les régions du monde où cela est permis, par exemple au Canada et aux États-Unis. Alors qu’un nombre grandissant de pays ont décidé de clouer ces appareils au sol, le Canada et les États-Unis ont réitéré mardi leur confiance dans ces appareils. 

 C’est également le cas de WestJet, l’autre transporteur aérien canadien à opérer des 737 MAX 8. La compagnie de Calgary dispose de 13 appareils. 

 Un ancien pilote d’Air Canada avance que les pilotes d’ici sont bien entraînés pour manœuvrer le Boeing 737 MAX 8. 

 « Si on parle du même problème qui est survenu lors du premier écrasement, à l’automne, les pilotes d’Air Canada sont très bien formés pour gérer cette situation », a rassuré Raymond Houle, qui a piloté pour Air Canada pendant 33 ans. 

 « C’est certain que les pilotes de cet avion sont plus craintifs en ce moment », a-t-il ajouté. 

 – Avec la collaboration de Jonathan Tremblay