/sports/fighting
Navigation

Boxe: Lexson Mathieu souhaite encore être expéditif

Lexson Mathieu
Photo Pierre-Paul Poulin Lexson Mathieu

Coup d'oeil sur cet article

Le jeune boxeur de Québec Lexson Mathieu se battra en après-midi, samedi, au Casino de Montréal. À l’écouter, les amateurs feraient mieux d’arriver tôt et de ne pas cligner des yeux.

Le cogneur de 19 ans, qui en sera à son deuxième combat professionnel, affrontera l’Argentin Ariel Alejandro Zampedri (9-5-0, 7 K.-O.), de 16 ans son aîné.

Le 26 janvier, Mathieu n’avait fait qu’une bouchée d’Edgar Santoyo à son premier effort chez les pros, en 43 secondes.

Si son entraîneur François Duguay s’attend à davantage de résistance de son adversaire, Mathieu n’entend pas faire durer le plaisir.

« Les amateurs aiment voir des knock-out. Comme boxeur, j’aime aussi le feeling de gagner par K.-O. Quand je vois une occasion, je saute dessus. Plus c’est court, moins j’ai de chances de manger de coups, donc c’est parfait pour moi », a lancé sans détour le pugiliste qui n’est visiblement pas freiné par son inexpérience dans l’arène.

« Il n’y a rien qui est intimidant pour moi. Il n’y en a pas un qui va m’intimider, jamais. Qu’il soit vieux ou jeune, ça ne change rien. Il sait plus boxer qu’un autre, mais je ne pense pas qu’il pourra encaisser mes coups de poing. Une fois que j’ai enfilé les gants, il n’y a pas grand monde qui peut encaisser ces coups-là.

« Ce que je pense par contre, c’est qu’il voudra les éviter. Si je veux le coucher, ce sera comme une partie d’échecs. Il faudra que je tende des pièges et, quand il va mordre, je pourrai attaquer », a-t-il analysé.

De la progression

Les 43 secondes d’expérience du premier combat ne représentent peut-être pas un échantillon déterminant, mais Duguay assure que son poulain n’a pas forcément besoin de nombreux rounds pour peaufiner son apprentissage.

« Ça a peut-être duré 43 secondes, mais toutes les choses qu’on a apprises dans le gymnase, elles sont sorties durant le combat. Pour moi, c’est satisfaisant. Lexson est très bien préparé », a assuré l’entraîneur, tandis que son protégé seconde.

« Mon but dans les prochaines années est de continuer tout le temps de progresser. Que ça prenne 30 secondes ou peu importe, l’important c’est de progresser, même si c’est en gymnase », a-t-il dit.

Contexte nouveau

N’empêche qu’il y a de nouvelles zones d’inconfort pour Mathieu dans le cadre de ce deuxième duel.

Il devra d’abord respecter le poids limite de 168 livres, catégorie des super moyens dans laquelle il souhaite poursuivre son élan. Par ailleurs, il sera de la portion du gala présentée en après-midi.

« Pour la pesée, j’ai pris de la masse musculaire et c’est ce qui rend l’exercice difficile pour moi. Je n’ai jamais vraiment fait ça.

« Pour ce qui est du combat en après-midi, j’ai peut-être pris cet aspect à la légère en m’entraînant comme si je me battais le soir. C’est possible que je ressente un petit coup de fatigue au moment de me battre, mais ce sera un problème éphémère », a-t-il indiqué en toute candeur.