/news/health
Navigation

Lobe ne se fait pas tirer l’oreille pour prendre de l’expansion

Une douzaine de nouvelles cliniques verront le jour en 2019

Avant de fonder Lobe en 2002, à Sainte-Marie de Beauce, Martin Cousineau a été cofondateur, vice-président et chef de l’exploitation de la société Helix Hearing Care of America Corp., autrefois inscrite à la Bourse de Toronto.
Photo Stevens Leblanc Avant de fonder Lobe en 2002, à Sainte-Marie de Beauce, Martin Cousineau a été cofondateur, vice-président et chef de l’exploitation de la société Helix Hearing Care of America Corp., autrefois inscrite à la Bourse de Toronto.

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2019 s’annonce fort occupée pour le réseau de cliniques en santé auditive Lobe, qui poursuit un rythme de croissance d’une nouvelle clinique par mois.

« Nous avons tout près d’une cinquantaine de cliniques actuellement. Il y en a douze en chantier cette année. Depuis deux ans, nous avons ajouté une vingtaine de cliniques au sein du réseau. Nous devrions terminer 2019 avec 62 ou 63 cliniques », a indiqué Martin Cousineau, président et chef de la direction de Lobe.

Le développement du réseau nécessitera cette année un investissement avoisinant les 5 M$. L’objectif de Lobe est d’exploiter 80 cliniques au Québec. Avec le vieillissement de la population et les besoins qui s’accentuent, M. Cousineau croit que c’est possible.

S’il est entreprenant pour conquérir le Québec, l’homme d’affaires avance toutefois avec prudence dans sa volonté de prendre de l’expansion à l’international.

« Ça se prépare. On a protégé la marque Lobe du côté de l’Union européenne et des États-Unis. C’est sûr que je penche plus du côté de l’Europe pour débuter. Notre approche en santé est plus comparable », a mentionné M. Cousineau qui était l’invité de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, mardi.

Accroître sa présence

La reconnaissance des équivalences pour les permis de pratique est un facteur qui pèse dans la balance, selon lui. M. Cousineau souhaite ouvrir sa première clinique à l’étranger, à Paris plus précisément, dans un horizon de quatre ans.

« Je crois à la possibilité pour nos professionnels québécois de faire des stages du côté européen et vice-versa pour les professionnels européens. Cela permettrait éventuellement de parfaire nos connaissances et favoriser le recrutement à l’étranger », a mentionné le président de Lobe.

« On est davantage à finaliser notre plan d’expansion et à déterminer comment on va aborder le marché européen. »

« On visite beaucoup. Pour moi, Paris, c’est la porte d’entrée idéale en fonction des contacts que l’on a là-bas. »

On estime que plus de 10 % de la population souffre de surdité à divers degrés.

Lobe est une entreprise privée rattachée au système public de soin de santé, qui propose une approche multidisciplinaire avec différents spécialistes. Les soins, qui sont couverts par l’État, sont gratuits.

« On est comme un GMF, mais spécialisé en santé auditive », a ajouté M. Cousineau, dont l’objectif est d’occuper 50 % du marché québécois d’ici cinq ans.