/news/transports
Navigation

559 M$ pour repeinturer le pont de Québec

Ottawa voudrait que le gouvernement du Québec et le CN paient chacun 186,33 M$

559 M$ pour repeinturer le pont de Québec
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas de sitôt que la rouille disparaîtra de la «8e merveille du monde» : Ottawa évalue désormais à 559 M$ les coûts de restauration de la peinture du pont de Québec, échelonnés «sur une période de 25 ans».  

Selon le scénario le plus récent dont notre Bureau parlementaire a obtenu copie, le gouvernement Trudeau propose au Canadien National (CN) et au gouvernement du Québec de se partager la facture en trois, soit une contribution de 186,33 M$ chacun.  

L’idée souvent ramenée sur la place publique d’un rachat de l’infrastructure centenaire par Ottawa est aussi écartée : «le CN restera propriétaire du pont de Québec», peut-on lire dans un document daté de février 2019.  

Il est toutefois précisé qu’advenant la conclusion «d’une entente potentielle sur la restauration du pont de Québec», le CN transférerait «la planification et la mise en œuvre des travaux [...] au gouvernement du Canada». Cette responsabilité serait alors confiée à la Société des Ponts Jacques-Cartier et Champlain inc.  

Qui dit vrai?  

Tout porte à croire que c’est à cette proposition que le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, faisait référence, le 28 février dernier, lorsqu’il a déclaré au Salon bleu que «les demandes du fédéral pour peinturer ce pont sont à la hauteur de 150 M$ à 200 M$».  

559 M$ pour repeinturer le pont de Québec
Photo Stevens LeBlanc

«C’est beaucoup moins que ça», a pourtant répété lundi le ministre fédéral de l’Infrastructure, François-Philippe Champagne, lors d’une entrevue avec Le Journal.  

«Ce qu’on demande à Québec je vous dirais, dans les circonstances, est une somme relativement acceptable dans le contexte de ce qu’on parle sur 25 ans, et moi je me dis : on ne peut pas manquer cette opportunité-là.»  

M. Champagne a toutefois refusé de préciser le montant réclamé. «Je vous reviendrai avec ça», a laissé planer le ministre fédéral, en disant vouloir «donner une chance» au gouvernement Legault d’y «réfléchir deux fois».  

«Pour une fois, on a tous les partenaires autour de la table. Ça, c’est rare. C’est la première fois depuis des décennies, a fait valoir M. Champagne. [...] Si les gens de Québec savaient la somme, ils comprendraient que c’est dans l’intérêt de tout le monde d’avoir Québec à la table.»  

Impasse  

Pour l’instant, l’impasse demeure : le ministre Bonnardel refuse d’investir dans la peinture, prétextant que son ministère doit bientôt investir 200 M$ sur le tablier routier du pont qui date de 1947.  

559 M$ pour repeinturer le pont de Québec
Photo Stevens LeBlanc

Dans son «projet de restauration du pont de Québec», Ottawa évoque la possibilité d’assumer une partie des travaux à venir sur le tablier, dans le cadre du programme des projets nationaux et régionaux.  

Il reste à voir s’il pourrait s’agir d’une voie de passage qui permettrait aux libéraux de Justin Trudeau d’honorer leur engagement électoral.  

La saga du pont en quelques dates  

1917  

Après deux effondrements tragiques, fin de la construction du pont que plusieurs surnomment «la 8e merveille du monde».  

1923  

Ottawa crée le CN et lui confie l’entretien et la gestion du pont.  

1929  

Les voies de tramway cèdent leur place à l’automobile.  

1947  

Le tablier routier est élargi par Québec.  

1987  

Déclaré Monument historique international par les ingénieurs.  

1993  

Le CN est privatisé par Ottawa, qui lui confie le pont.  

1995  

Désigné lieu historique national du Canada.  

2005  

Des travaux de réfection complétés à 40 % sont stoppés par le CN : s’en suit une longue bataille juridique.  

2014  

Ottawa s’engage à débourser 75 M$ pour repeindre le pont, Québec 23,5 M$, les villes de Québec et Lévis 1,5 M$.  

Le CN est invité à débourser 100 M$.  

2019  

Québec confirme que ses 23,5 M$ ne sont plus sur la table en raison des 200 M$ à investir sur le tablier routier.  

Le projet de restauration proposé    

  • Coûts pour repeindre le pont : 559 M$ sur 25 ans  
  • Partagés à parts égales entre les gouvernements fédéral et provincial et le CN  
  • Ottawa mandaterait la Société des Ponts Jacques-Cartier et Champlain pour la réalisation des travaux.  
  • Québec doit bientôt débourser 200 M$ afin de retaper le tablier routier, qui est arrivé à la fin de sa durée de vie utile.  
  • Ottawa propose de contribuer financièrement à la réfection du tablier routier du pont.    

Ce qu’ils ont dit  

559 M$ pour repeinturer le pont de Québec
Photo Simon Clark

«Ce que le fédéral nous demande aujourd’hui, c’est 150 à 200 millions de dollars [pour la peinture]. C’est une somme extrêmement importante. On doit investir avant toute chose 200 millions sur le tablier du pont. C’est là-dessus qu’on va se concentrer et sur nos négociations pour le tramway de Québec.»  

– François Bonnardel, ministre des Transports du Québec, le 28 février au Salon bleu   

559 M$ pour repeinturer le pont de Québec
Photo Chantal Poirier

«Non. C’est beaucoup moins que ça. [...] Ce qu’on demande à Québec, je vous dirais, dans les circonstances, est une somme relativement acceptable. [...] Si les gens de Québec savaient la somme, ils comprendraient que c’est dans l’intérêt de tout le monde d’avoir Québec à la table. [...] Je vais leur donner une dernière chance d’aller de l’avant avec ça.»  

– François-Philippe Champagne, ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités, le 11 mars 2019 en entrevue au Journal