/news/transports
Navigation

BOEING 737 MAX 8: Une nouvelle technologie au cœur de l'enquête

BOEING 737 MAX 8: Une nouvelle technologie au cœur de l'enquête
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités canadiennes et américaines ont décidé tour à tour, mercredi, de clouer au sol «provisoirement» les Boeing 737 MAX 8 et 9, emboîtant ainsi le pas au reste du monde.

Cette décision a été prise en raison de «nouvelles données» satellitaires «collectées et analysées» mercredi concernant l'écrasement de l'avion d'Ethiopian Airlines dimanche dernier.

Ces données, fournies par le Canada, ont été recueillies à l'aide d'une nouvelle technologie développée depuis 2012 par Aireon. Présentement en essai avant son lancement prévu pour ce printemps, cette entreprise suit le trafic aérien en temps réel à l'aide de 66 satellites.

Nav Canada participe activement à ce projet et y a injecté pas moins de 150 millions $

De l'information a ainsi été enregistrée jusqu'aux dernières minutes précédant l'écrasement de l'appareil d'Ethiopian Airlines dimanche dernier.

Aireon a fourni ses données à l'Agence américaine de l'aviation (FAA), ainsi qu'à différentes autorités de l'aviation à travers le monde.

Pas de pression du reste du monde

Le responsable par intérim de la FAA, Dan Elwell, a justifié sa décision d'attendre jusqu'à mercredi pour prendre la décision d'interdire de vol les Boeing 737 MAX. «Nous avons toujours dit que nous ne clouerions pas au sol [ces appareils] tant que nous ne disposions pas de données recevables», a-t-il fait valoir, tout en assurant que la FAA n'avait subi aucune pression du reste du monde.

Il a aussi souligné que les pays autres que le Canada n'avaient pas fourni d'informations allant dans le sens d'une suspension des vols de cet appareil.

Analyse des boîtes noires

L'interdiction de vol «sera maintenue le temps de plus amples investigations, incluant l'examen des informations contenues» dans les deux boîtes noires de l'appareil.

Ces boîtes noires, qui enregistrent les paramètres de vol les conversations et sons dans le cockpit jusqu'au moment de l'accident, ont été retrouvées lundi, mais n'ont pas encore été décryptées.

La FAA estimait encore mardi soir qu'il n'y avait pas de raison de clouer au sol les Boeing 737 MAX, derniers-nés des moyen-courriers et au coeur de la stratégie d'avionneur américain.

«Les autres autorités de l'aviation [civile] ne nous ont fourni aucune donnée qui justifierait une telle mesure», avait alors expliqué le régulateur du transport aérien.

L'autorité avait en revanche recommandé lundi des changements dans certains systèmes équipant le 737 MAX.

L'écrasement du Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines quelques minutes après son décollage d'Addis Abeba, en Éthiopie, dimanche, a fait 157 morts.

- Avec l'AFP