/lifestyle/food
Navigation

J’ai fait une épicerie 100% québécoise et voici ce que ça donne

J’ai fait une épicerie 100% québécoise et voici ce que ça donne
Joshua Rawson Harris - Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

En collaboration avec

 

 

Depuis quelques années, je priorise les aliments du Québec quand je fais mon épicerie.

La plupart des gens à qui je parle de mes habitudes pensent que je débourse des fortunes pour manger des navets à longueur d’année.

Heureusement pour moi et ma (petite) famille, ce n’est pas le cas.

 

APRÈS PLUS D’UN AN À FAIRE UNE ÉPICERIE PRESQUE ENTIÈREMENT QUÉBÉCOISE CHAQUE SEMAINE, VOICI CE QUE J’AI REMARQUÉ.

J’ai fait une épicerie 100% québécoise et voici ce que ça donne
Jude Infantini - Unsplash

J’ai ouvert mes horizons

Rechercher les produits d’ici m’a fait découvrir une tonne d’aliments. La camerise, les noix du Québec, les boissons végétales et le bok choy sont maintenant tous des habitués de mon garde-manger.

 

J’ai fait une épicerie 100% québécoise et voici ce que ça donne
Unsplash

Il y a beaucoup plus de produits disponibles qu’on pourrait croire

Pas besoin de manger des pommes et du fromage toute l’année pour faire une épicerie 100% locale! De la bière aux trempettes et aux céréales en passant par les bonbons (héhé), les produits certifiés «Aliments du Québec» ou «Aliments préparés au Québec» sont beaucoup plus nombreux qu’on pourrait le croire. Il y a même de la nourriture pour animaux! Mon chien mange des produits locaux et il est très content.

 

J’ai fait une épicerie 100% québécoise et voici ce que ça donne
Unsplash

Ça ne me coûte pas forcément plus cher

Lorsqu’ils sont en saison, les fruits et les légumes arrivent en grande quantité sur les étals des marchés. Comme ils sont disponibles en abondance durant cette période, leur coût est résolument plus bas. À qualité égale, un produit québécois est souvent offert à un prix semblable à celui d'un produit d'ailleurs.

Ainsi, en achetant des fruits et des légumes de saison, je diminue le prix de ma facture d’épicerie.

 

J’ai fait une épicerie 100% québécoise et voici ce que ça donne
Jakub Kapusnak - Unsplash

J’encourage l’économie locale

Acheter local, ça veut aussi dire assurer un travail à une pelletée de gens. Au Québec, une personne sur huit travaille dans l’industrie agroalimentaire. On parle ici de plus de 500 000 personnes!

 

J’ai fait une épicerie 100% québécoise et voici ce que ça donne
Debby Hudson - Unsplash

La qualité est au top

Les produits de saison sont toujours plus frais et plus savoureux. Un exemple? Les bleuets du mois d’août n’ont jamais le même goût que ceux – plutôt fripés – que l’on achète en plein mois de janvier. Ces derniers ont d’ailleurs parcouru des milliers de kilomètres pour se rendre jusqu’à nous.

 

J’ai fait une épicerie 100% québécoise et voici ce que ça donne
Sylvie Tittel - Unsplash

Je pose un geste écolo

Comme les aliments québécois sont vendus relativement près de leur lieu de production, leur empreinte écologique est bien moindre que, disons, un kiwi de la Nouvelle-Zélande qui a voyagé en avion et en camion pour se rendre dans notre boîte à lunch.

 

Soyons honnêtes : faire une épicerie 100% québécoise toute l’année durant, c’est un peu utopique. Comme tout le monde, j’aime manger des ananas de temps en temps. Je m’efforce tout de même de laisser une place prépondérante aux aliments locaux dans mon frigo et dans mon garde-manger.

C’est devenu une habitude dont je ne suis pas prête de me défaire!


Faire une épicerie locavore, c’est beaucoup plus simple qu’on le pense. Recherchez la mention «Aliments du Québec» et «Aliments préparés au Québec» pour profiter avec fierté de tout ce que notre belle province peut offrir à nos estomacs!