/sports/fighting
Navigation

Oganesyan, un diamant à polir

Le jeune Russe de 19 ans est promu à un bel avenir au sein d’EOTTM

Gala de Boxe L'antre Du Tigre
Photo PIerre-Paul Poulin Artem Oganesyan après avoir fait le poids hier lors de la pesée en vue des galas d’EOTTM samedi, au Casino de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis trois ans, le promoteur Camille Estephan n’a pas hésité à embaucher des boxeurs étrangers pour grossir les rangs de son organisation. Parmi ceux-ci, il y a le Russe Artem Oganesyan.

Oganesyan (8-0, 7 K.-O.) n’est âgé que de 19 ans. Selon ce qu’on voit dans ses différentes vidéos sur les réseaux sociaux, il est promu à un bel avenir à 147 ou à 154 lb. Son potentiel semble immense.

« Je l’ai découvert en faisant du recrutement dans différents tournois internationaux, a souligné le président d’Eye of the Tiger Management Antonin Décarie. Puis, l’avocat Don Majeski m’a aidé dans nos négociations avec lui.

« Artem a reçu plusieurs offres de promoteurs américains, mais il a choisi notre compagnie. Ce qu’il cherchait aux États-Unis, il peut l’avoir avec nous. »

Depuis les débuts de sa compagnie de promotion, Camille Estephan a toujours souhaité que ses boxeurs s’entraînent à Montréal, et ce, peu importe leur nationalité. Il a fait une entorse à cette règle avec Oganesyan.

Le jeune boxeur s’entraîne à Moscou sous la férule d’Andreï « Bupas » Ivichuk.

« À la base, on ne voulait pas qu’il demeure en Russie, a expliqué Décarie. Toutefois, il était tellement bien encadré là-bas qu’on lui a permis de s’y entraîner.

« On avait confiance en eux et on ne voulait pas changer cela. “Bupas”, c’est un Marc Ramsay russe. Il compte sur plusieurs boxeurs de qualité dans son gymnase. »

Une maison bientôt

Estephan et Décarie savent qu’Oganesyan devra s’établir à Montréal dans un avenir rapproché pour faire progresser sa carrière d’une manière significative.

« Artem veut avoir une résidence au Québec et on doit en discuter après son duel de samedi, a souligné Estephan. On veut qu’il passe plus de temps ici. »

Même s’il est encore jeune, le Russe n’est pas effrayé avec l’idée de déménager au Québec. Il est plutôt ouvert au projet.

« Je voulais rester dans mon pays pour demeurer avec mon entraîneur, a indiqué le gaucher. “Bupas” ne peut pas encore partir de son gymnase pour une longue période pour un camp d’entraînement avec moi. Il a trop de boxeurs dont il doit s’occuper.

« Si j’avais un combat important, je n’hésiterais pas à venir à Montréal pour maximiser ma préparation. Ce n’est pas le cas pour le moment. »

Un premier titre en vue

Cet après-midi, Oganesyan disputera le combat le plus important de sa jeune carrière. Il aura la chance de remporter le titre WBO junior des super-moyens, alors qu’il affronte le Mexicain Damian Sosa (11-0, 5 K.-O.).

« J’ai hâte de vivre mon premier combat de championnat, a affirmé Oganesyan. Je veux offrir une bonne performance. C’est la première étape d’une longue route pour moi. »

Ceux qui verront son duel ne devront pas cligner des yeux. Le Russe a les mains les plus rapides au sein de l’écurie québécoise. Ce n’est pas un combat inquiétant pour lui et son équipe.

Il voudra cependant profiter de la vitrine qui lui est offerte pour se faire connaître un peu plus des amateurs québécois. Avec son talent et son charisme, il a les outils pour devenir un boxeur populaire. On verra s’il sera en mesure de livrer la marchandise dans les prochaines années.