/opinion/columnists
Navigation

Oui à la grève, mais...

Coup d'oeil sur cet article

Aujourd’hui, 15 mars, des milliers d’étudiants québécois vont descendre dans les rues manifester pour le climat, se joignant ainsi à un mouvement international lancé par la militante suédoise Greta Thunberg, 16 ans, vedette de Davos 2019.

À part de sécher l’école pour manifester, les étudiants n’ont pas beaucoup de leviers pour transmettre leurs espoirs et leur colère à une classe politique qui dort au gaz, malgré les appels de la communauté scientifique à se réveiller.

Puisque ma génération – celle « d’après moi le déluge » – leur laissera une planète déréglée, il ne serait pas normal que des jeunes qui subiront les conséquences de nos choix ne fassent rien.

À condition d’agir en respectant la complexité du dossier – pas de solutions simples à des problèmes compliqués – et de ne pas utiliser l’environnement pour lancer un putsch de gauche contre l’économie de marché.

Le socialisme n’est pas l’ami de l’environnement. « En 1984, selon l’ONU, l’Allemagne de l’Est était le pays le plus pollué d’Europe. »

Sauve qui peut

Sauver la planète et nous-mêmes d’une éternelle séance de bronzage exigera des connaissances scientifiques et technologiques de haut niveau, en plus d’une forte dose de créativité. Impossible de se sortir du bourbier que nous avons créé autrement que par l’innovation. Et beaucoup d’argent.

Pas en cessant de faire des bébés. Pas en décrochant. Pas en prônant la décroissance tous azimuts dont les premières conséquences seraient de réduire l’espérance de vie sur Terre et de ramener la pauvreté extrême dans des pays en voie d’y échapper.

Pas en réduisant, par idéologie marxisante, les ressources allouées aux scientifiques qui travaillent à atténuer les impacts des changements climatiques sur nos vies.

Le meilleur endroit à fréquenter pour devenir des fantassins pour l’environnement ? L’école. La meilleure chose à faire ? Étudier. Apprivoiser les sciences. Ouvrir son esprit. Inventer des solutions durables et sauver l’humanité.

Beau projet étudiant.