/finance
Navigation

Des choix stratégiques

AdobeStock_170696583
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Panneaux solaires, géothermie, systèmes mécaniques efficaces, domotique... Il y a des choix stratégiques à faire pour avoir une maison plus efficace sur le plan énergétique et s’assurer de la rentabilité de son investissement.

« Il y a 10 ans, on ne jurait que par le solaire et la géothermie avant de réaliser qu’il est plus profitable de miser sur une bonne enveloppe du bâtiment », soutient Benoît Lavigueur, président de Belvedair, un entrepreneur général spécialisé dans la conception et la construction de maisons écologiques.

Il est en effet payant d’investir dans des matériaux qui assurent une isolation et une étanchéité optimales et des fenêtres à haut rendement énergétique.

Une enveloppe performante permettra de réduire la facture énergétique de 60 % environ, estime M. Lavigueur.

Une maison bien conçue qui tient compte de l’orientation du soleil et des vents dominants fera aussi une différence sur les coûts énergétiques. L’optimisation de l’espace y fait également pour beaucoup. La tendance est à la réduction de la superficie habitable.

La mode récente des mini-maisons entraîne un changement de la demande, selon M. Lavigueur. « Depuis cinq ans, on voit un virage. Avant, plus grande était la maison, mieux c’était. Aujourd’hui, les gens ne veulent plus nettoyer quatre salles de bain. Un espace de 1500 pieds carrés, quand il est bien conçu, procure un grand confort. »

Rentabiliser ses investissements

« En réduisant à la source, on n’a pas besoin de mettre des systèmes imposants qui ne sont plus aussi rentables, le retour sur investissement étant plus long », ajoute M. Lavigueur.

La donne est toutefois en train de changer en ce qui a trait aux panneaux solaires photovoltaïques à installer sur le toit. « Le prix est en chute libre, constate Emmanuel Cosgrove, directeur général d’Écohabitation, un organisme voué à la promotion des maisons durables. Grâce aux économies réalisées sur la facture d’énergie, le système tend à devenir concurrentiel à l’hydroélectricité. Il pourrait même être à moindre coût à brève échéance. »

Des petits gestes comme l’installation de toilettes à double-chasse, des aérateurs de robinets et des pommes de douche à faible débit peuvent avoir un effet (-50 %) sur la facture d’énergie. La rentabilité de l’investissement sera rapide, soit environ quatre mois, selon une étude d’Écohabitation.

L’isolation des combles fait aussi partie des mesures les plus efficaces. Des travaux de rénovation qui seront profitables après une période de 18 mois à 15 ans, en fonction du niveau d’isolation.

À l’ère de la maison connectée

Les thermostats intelligents et autres systèmes connectés permettent de suivre et de contrôler sa consommation d’énergie et de réaliser des économies. Attention toutefois à ne pas se laisser emporter. Il existe différents systèmes plus ou moins sophistiqués, et la facture peut être salée (de quelques centaines à plusieurs milliers de dollars). L’investissement sera loin d’être rentable à court terme.

« Les gens achètent un système de domotique davantage pour le confort qu’il procure que pour réduire le coût de l’énergie », explique Tim Tremblay, président de Tim Électrique, une entreprise de Brossard.

Il peut être utile de contrôler l’éclairage ou le chauffage de façon programmée et à distance, par exemple. Des moniteurs intelligents peuvent aussi faire le suivi en temps réel de la consommation en énergie de plusieurs appareils que ce soit la climatisation, les électroménagers ou les ordinateurs et ainsi s’assurer de leur efficacité [ou de les remplacer, selon le cas). La maison connectée offre de multiples possibilités, encore faut-il faire des choix avisés.

Mesures efficaces pour réduire sa facture d’énergie et rentabilité de l’investissement

  • Pomme de douche à faible débit (4 mois)
  • Amélioration de l’étanchéité (6 mois à 4 ans)
  • Isolation des combles (1,5 à 15 ans)
  • Pellicules pour fenêtres (low-E) (3 ans)
  • Élimination du système de mazout (7,5 ans)
  • Récupération de chaleur des eaux de drainage (11 ans)
  • Thermopompe à haut rendement (6 à 42 ans)
  • Isolation des murs de fondation (5 à 45 ans)
  • Remplacement des portes et fenêtres (plus de 20 ans)
  • Isolation des murs hors-sol (6 ans et plus)

Source : Écohabitation, 2017