/finance
Navigation

Des matériaux écologiques et économiques

Coup d'oeil sur cet article

Choisir des matériaux qui sont à la fois économiques et écologiques, c’est possible.

Dans un récent dossier paru sur son site web, l’organisme Écohabitation a répertorié les revêtements qui, en matière de plancher, de cloisons et de toiture, procurent les meilleurs rendements économique et écologique. Selon une étude américaine, ces trois éléments de construction seraient responsables d’un peu plus des deux tiers des émissions résidentielles contribuant aux changements climatiques.

Les planchers

Économique à première vue, le plancher flottant (bois stratifié) n’est souvent pas recyclable et n’est donc pas la meilleure option sur le plan environnemental, surtout si l’on compare sa durée de vie à celle du bois franc. À 10 $ le pied carré pour l’achat et l’installation, le plancher en bois de qualité perdurera sur plus de 60 ans. Le bois stratifié coûtera quant à lui environ 7 $ le pied carré, mais perdurera 3 à 5 fois moins longtemps.

Le bois franc est durable et écoéner­gétique, à condition de choisir une essence locale transformée ici et huilée plutôt que vernie. À long terme, le sablage permettra d’en étirer la durée de vie. Le liège est également une bonne option, à condition qu’il ne soit pas employé sous forme de plancher flottant.

Le toit

Prisé pour son coût abordable (environ 7 $ le pied carré), le bardeau d’asphalte n’en est pas pour autant inoffensif, écologiquement parlant. Sa durée de vie, qui avoisine les 15 ans (quelques modèles vont jusqu’à 25 ans) et ses constituants issus du pétrole en font un piètre choix d’un point de vue environnemental. C’est sans parler de sa contribution au phénomène d’îlot de chaleur dans les zones résidentielles.

Le toit de tôle se présente comme une solution intéressante. D’une part, sa durée­­­ de vie, largement supérieure, elle égale ou excède les 60 ans. D’autre part, ses matériaux sont entièrement recyclables en fin de vie, ce qui n’est pas souvent le cas du bardeau d’asphalte.

Pour la même superficie, le toit de tôle coûte plus cher (10 $ le pied carré) que celui en bardeau d’asphalte. Toutefois, l’économie réalisée sur le long terme sera flagrante dans le cas d’un toit métallique.

Les murs

Les murs de gypse sont largement utilisés dans l’immobilier résidentiel. Bien que ce matériau soit techniquement recyclable à la fin de sa vie, il termine généralement au dépotoir, et il est fréquent d’en remplacer certaines sections au cours de sa vie utile. D’autres matériaux, tels le lambris ou les panneaux en bois franc, s’achètent et s’installent au même coût, soit environ 2 $ le pied carré.

Si vous optez tout de même pour le gypse, recherchez des planches de gypse synthétique, qui contiennent de 96 % à 100 % de matières recyclées.

Conseils

  • Les améliorations écoénergétiques que vous choisirez vous serviront à justifier le prix de vente éventuel de votre maison.
  • Au-delà de la nature des matériaux utilisés, le fait de choisir des matériaux locaux aura un effet positif sur l’empreinte écologique de votre maison.
  • Avant de vous lancer dans tout projet de rénovation, il est important d’éviter les surprises en estimant les coûts totaux. Un entrepreneur pourra vous y aider.
  • Plusieurs institutions financières proposent des solutions de financement pour les rénovations à vocation écologique.