/finance
Navigation

La revanche du condo

Urban Countryside Landscape City Village
illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Tant à Montréal que dans la banlieue, l’activité est intense dans le marché de la copropriété.

Dans la grande région métropolitaine, le marché du condo est en pleine effervescence. C’est particulièrement vrai sur l’île de Montréal.

« En 2018, la part de marché de la copropriété s’y est élevée à 53 %, alors qu’elle était de 19 % en 2000 », révèle Yanick Desnoyers, directeur du service Analyse du marché de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ).

Un peu partout sur l’île, les tours à condos se sont multipliées ces dernières années. Et de nouveaux projets s’apprêtent à sortir de terre. La crainte d’une bulle immobilière dans le condominium n’est toutefois pas fondée, selon l’économiste. « La demande dépasse l’offre. Dans certains secteurs, comme au centre-ville, les inventaires s’écoulent en moins de quatre mois. »

Une situation qui entraîne les prix vers le haut. En 2018, le prix médian d’une copropriété s’est établi à 310 000 $, en hausse de 5 %, selon les données de la FCIQ.

L’unifamiliale se fait plus rare

Si la copropriété a autant la cote auprès des acheteurs, c’est notamment parce que l’offre se fait rare du côté des maisons unifamiliales.

« Le marché s’est resserré dans cette catégorie de propriété alors que le niveau des inventaires est plus faible que par les années passées », explique M. Desnoyers.

Une situation qui est à l’avantage du vendeur qui peut recevoir jusqu’à quatre ou cinq offres pour sa propriété. On assiste donc à une surenchère des prix. Ce sont les propriétés des quartiers centraux de l’île qui affichent les plus fortes hausses.

Dans Le Plateau-Mont-Royal, l’augmentation est de 26 % pour un prix médian de 999 000 $. À Rosemont, il atteint 655 000 $ (+19 %). Villeray se démarque aussi avec un prix médian de 428 500 $ (+18 %).

Rive-Sud: encore abordable

Cette croissance des prix dans la métropole favorise l’étalement urbain.

Sur la Rive-Sud, les ventes sont à la hausse (+5 %). Encore là, c’est le marché du condo qui se démarque avec une augmentation de 27 % des ventes, comparativement à 5 % pour une unifamiliale.

Le bond le plus spectaculaire a été enregistré dans le secteur de Candiac/La Prairie alors que les ventes de copropriétés ont été en hausse de 36 % et celles des maisons de 21 %.

Du côté de Brossard, le marché est assurément à l’avantage des vendeurs. « Les délais de vente sont de moins de trois mois dans les différentes catégories de propriétés, précise M. Desnoyers. Chambly est aussi un secteur de plus en plus recherché. Les inventaires sont de moins de six mois. »

Cela dit, la Rive-Sud reste abordable. Le prix médian d’une copropriété est de 207 000 $, en hausse de 1 %. L’augmentation est plus marquée du côté des maisons unifamiliales en raison de l’offre moins abondante (+6 % pour un prix médian de 318 000 $).

Laval et Rive-Nord: inscriptions à la baisse

Sur la Rive-Nord, le marché est resté actif en 2018 avec une hausse des ventes de 14 % dans le condominium et de 3 % dans l’unifamiliale. On enregistre toutefois une baisse du nombre d’inscriptions dans chacune de ces catégories, ce qui augure une baisse de l’activité en 2019.

Les acheteurs ont plus de choix, notamment dans la copropriété où le marché est plus équilibré. « À Terrebonne, le délai de vente est de 10 mois pour une copropriété et de 6 mois pour une unifamiliale. Il y a encore place à un resserrement du marché dans certains secteurs comme à Mascouche et Repentigny », explique M. Desnoyers.

Le portrait est sensiblement le même à Laval. Les ventes de condos ont été en hausse de 18 % et celles des maisons ont été stables (+1 %). Les conditions du marché favorisent généralement les vendeurs avec des délais de vente variant de 3,5 mois à 6 mois, selon la catégorie de propriétés. Les inscriptions sont toutefois en baisse sur l’ensemble du territoire.

Des marchés chauds

Plusieurs villes au Québec ont enregistré une hausse du nombre de transactions en 2018.

  • Rivière-du-Loup +17 %
  • Saint-Hyacinthe +15 %
  • Mont-Tremblant +14 %
  • ThetfordMines +13 %
  • Mont-Laurier +29 %
  • Valleyfield +12 %
  • Saguenay +11 %
  • Granby +8 %
  • Gatineau +8 %
  • Sherbrooke +6 %
  • Québec +4 %

Source : FICQ