/weekend
Navigation

Un régal!

La goûteuse d’Hitler, Rosella Postorino, Aux Éditions Albin Michel, 400 pages
Photo courtoisie La goûteuse d’Hitler, Rosella Postorino, Aux Éditions Albin Michel, 400 pages

Coup d'oeil sur cet article

Inspiré d’une histoire vraie, un savoureux roman historique qui a déjà remporté plusieurs prix en Italie.

En 2014, après avoir appris que Margot Wölk, la toute dernière goûteuse officielle d’Hitler encore en vie, venait de décéder, la journaliste et écrivaine italienne Rosella Postorino a eu l’idée de se pencher sur ce qu’avait dû être le quotidien de ces femmes obligées de se rendre chaque jour non loin de la Tanière du Loup (le quartier général secret du chancelier) pour manger de la nourriture qui avait peut-être été empoisonnée. Car si elles ne tombaient pas malades ou raide mortes au cours des heures suivantes, tous les plats auxquels elles avaient goûté étaient ensuite servis au Führer.

Passant de la réalité à la fiction, Rosella Postorino nous invitera ainsi à côtoyer Rosa Sauer, une secrétaire berlinoise dont le mari ingénieur, désormais simple soldat de la Wehrmacht, a été envoyé sur le front russe. N’ayant d’autre solution que d’aller vivre chez ses beaux-parents, dont le petit village ne se trouve qu’à quelques kilomètres de la Tanière du Loup, Rosa sera donc réquisitionnée par les SS à l’automne 1943 pour devenir l’une des goûteuses d’Hitler.

Le régime d’Hitler

Risquant quotidiennement sa vie aux côtés de neuf autres femmes elles aussi forcées de goûter aux mets préparés à l’intention du dictateur (on ne lésinait pas sur les mesures de sécurité !), Rosa nous entraînera dans l’intimité d’un homme qui détestait la viande, ne mangeait que végé et souffrait régulièrement de gros problèmes de flatulences.

Un livre qu’on a dévoré avec plaisir, l’histoire de Rosa parlant aussi des liens très spéciaux qui s’établissaient peu à peu entre les goûteuses, la mort pouvant s’inviter à table absolument n’importe quand.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Le ciel sous nos pas

Leïla Bahsaïn, aux Éditions Albin Michel, 240 pages
Photo courtoisie
Leïla Bahsaïn, aux Éditions Albin Michel, 240 pages

Elle vit avec « mère officielle » et sa sœur Tifa. Elle, c’est la narratrice, une jeune Marocaine qui rêve de pouvoir faire tout ce qu’elle a envie de faire sans trop se soucier des traditions et de la religion. Mais dès qu’elle sera obligée de quitter son pays pour aller vivre à Paris, elle ne tardera pas, hélas, à découvrir que la place réservée aux femmes musulmanes est bien étroite. Un très joli roman.

Le saut de l’ange

Lisa Gardner, aux Éditions Le livre de poche, 528 pages
Photo courtoisie
Lisa Gardner, aux Éditions Le livre de poche, 528 pages

Après avoir eu un grave accident au fin fond du New Hampshire, Nicole Frank cherchera désespérément à savoir ce qui est arrivé à sa fille Vero, qui était elle aussi dans la voiture. Le hic ? Son propre mari affirmera aux policiers chargés d’enquêter sur les circonstances de cet événement malheureux qu’il n’y a jamais eu de petite Vero... Un bon suspense malgré certaines longueurs.

150 recettes pour arrêter de s’empoisonner

Estérelle Payany, aux Éditions Solar, 
312 pages
Photo courtoisie
Estérelle Payany, aux Éditions Solar, 312 pages

L’idée générale de ce livre ? Nous montrer comment remplacer les grands champions de l’alimentation industrielle, qui contiennent plein de gras trans, de conservateurs, de colorants, d’épaississants et de glucose-fructose, par des produits maison. Autrement dit, on découvrira comment cuisiner en un tournemain ketchup, barres au caramel, pain de mie, confitures, burritos, yogourts à boire, pizzas, poissons panés, pop-corn ou tartinade choco-noisettes.

Survivre

Claude Lux, aux Éditions Vigot, 160 pages
Photo courtoisie
Claude Lux, aux Éditions Vigot, 160 pages

Si on part du principe que le pire peut toujours arriver (catastrophes naturelles, se perdre dans les bois, tomber en panne au beau milieu de nulle part, etc.), ce guide nous aidera à augmenter nos chances de survie en nous apprenant une foule de choses, comme faire un feu sans allumette, trouver et filtrer de l’eau, construire un abri de fortune ou fabriquer des récipients.

Frissons garantis

Dix petites poupées, B. A. Paris, Aux Éditions Hugo Thriller, 338 pages
Photo courtoisie
Dix petites poupées, B. A. Paris, Aux Éditions Hugo Thriller, 338 pages

Dix petites poupées

Le coup de foudre existe bel et bien. C’est en tout cas ce que pourrait corroborer Finn, qui est tombé éperdument amoureux de Layla dès l’instant où il a posé les yeux sur elle. Ils vécurent ainsi heureux pendant un certain temps, mais sans jamais avoir d’enfants puisqu’en 2006, en revenant de vacances, Layla disparaîtra dans une aire de repos des environs de Fonches. Obligé de s’arrêter pour aller faire un tour aux toilettes, Finn l’a en effet laissée seule dans la voiture durant quelques minutes et à son retour, pfuitt. Plus de Layla.

Mystère et boule de gomme

Après avoir longtemps cru qu’elle allait revenir, Finn finira par se ranger à l’avis de tous : quelqu’un a kidnappé Layla et comme personne ne l’a plus jamais revue, elle a sûrement été assassinée. Ce qui explique pourquoi Finn a, 12 ans plus tard, demandé la main d’Ellen, la sœur de Layla. Et curieusement, c’est précisément à ce moment-là que des petites poupées russes ressemblant étrangement à celles que Layla possédait se mettront à apparaître partout...

Un début prometteur, pas mal de suspense et une fin étrange. Bref, de quoi se divertir si on aime les thrillers psychologiques dont le dénouement est équivoque.