/sports/baseball/capitales
Navigation

Les Capitales engagent un ex-lanceur des Jays

Scott Richmond s’amène à Québec après avoir passé trois ans en Europe et en Asie

Les Capitales engagent un ex-lanceur des Jays
Photo d'archives, Ernest Doroszuk

Coup d'oeil sur cet article

Après trois ans à l’étranger, l’ancien lanceur des Blue Jays de Toronto, Scott Richmond, rentre au bercail et se joint aux Capitales de Québec avec lesquels il s’est entendu en prévision de la prochaine saison de la Ligue Can-Am de baseball indépendant.

Natif de Vancouver, Richmond a passé cinq ans dans l’organisation torontoise, de 2008 à 2012, disputant 169 manches dans les majeures, durant lesquelles il a maintenu une moyenne de points mérités de 5,27. Il a connu ses meilleurs moments en 2009 en signant huit victoires en 24 départs et en réussissant 117 retraits au bâton. À l’époque, Roy Halladay faisait la loi au monticule pour les Jays.

L’acquisition du vétéran de 39 ans porte à cinq le nombre de joueurs qui possèdent ce statut avec l’équipe, ce qui obligera inévitablement le gérant Patrick Scalabrini à trancher, puisque la limite autorisée est de quatre dans la Can-Am. Du lot, on retrouve également le lanceur Dustin Molleken, qui a porté brièvement les couleurs des Tigers de Detroit.

« C’est un gars que l’on ne pouvait pas ne pas signer, a signalé Scalabrini, pas peu fier d’avoir mis la main sur un artilleur de cette trempe. Cela dit, c’est problématique un peu et il faut réévaluer la situation. »

C.V. garni

Les Capitales et Richmond discutaient depuis un moment de la possibilité que le grand lanceur de 6 pi 5 po revienne en Amérique après deux ans à Taïwan et un an en Italie en 2018, « où il a complètement dominé la ligue italienne qui est le meilleur calibre en Europe », selon Scalabrini.

« Avec les [Jeux] panaméricains [cet été] et la Classique mondiale de baseball [en 2021], il voulait lancer en Amérique, a poursuivi l’instructeur-chef. C’est un cheval capable de lancer cent manches par année. Il a un long C.V. et il a eu du succès dans les niveaux supérieurs. Je suis très content de l’avoir parmi nous. »

White se fait désirer

Si la rotation de partants des Capitales est sensiblement réglée avec Arik Sikula, Karl Gélinas, Josh Kimborowicz et Richmond, Scalabrini ne cache pas qu’il a hâte de régler quelques dossiers concernant son alignement de frappeurs.

Il attend d’ailleurs des nouvelles du joueur d’avant-champ T.J. White, l’une des belles surprises l’été dernier alors qu’il avait frappé pour ,287 (86 en 300) après avoir été libéré par l’organisation des Twins du Minnesota.

« Il y a plusieurs places disponibles, mais la prochaine étape est de sécuriser T.J. White, a affirmé Scalabrini. On dirait qu’il achète du temps. Ça me rend un peu nerveux, mais si on est capable de le ramener, ça va me rassurer un peu. »