/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Éric Salvail : le talent n’excuse rien

Éric Salvail : le talent n’excuse rien
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Récemment dans ma chronique, je vous parlais des « fefans » de Michael Jackson, incapables d’imaginer que leur Dieu ait pu poser le moindre geste répréhensible.

J’ai pensé à eux quand j’ai écouté l’entrevue que Jean-François Guérin a faite avec Donald Duguay, présumée victime d’Éric Salvail. Quand Duguay a dit que les fans de Salvail l’abreuvaient de haine, je me suis dit qu’eux aussi étaient aveuglés par leur amour pour un gars très talentueux.

UN EMPLOYÉ ORDINAIRE

Éric Salvail bénéficie bien sûr de la présomption d’innocence. Ce n’est qu’au moment du procès pour agression sexuelle, harcèlement et séquestration que la justice pourra faire toute la lumière sur cette affaire­­­. Et ni vous ni moi n’étions présents au moment des faits allégués en 1993.

Alors si personne ne sait à ce stade-ci, hors de tout doute, si Éric Salvail a posé ou non ces gestes, pourquoi ses admirateurs s’obstinent-ils à déverser leur haine sur la seule présumée victime, dont la plainte a été retenue par le DPCP ?

Eux, ils savent ? Eux, ils ont accès à de l’information privilégiée qui leur permet d’innocenter leur idole sans autre forme de procès ?

Je répète ce que j’ai écrit à propos de Michael Jackson : « Déclarer quelqu’un innocent juste parce qu’on l’aime, c’est aussi stupide que de déclarer quelqu’un coupable juste parce qu’on ne l’aime pas ».

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

« Je deviens le point focal de la haine, pour ceux qui veulent défendre Salvail. Mais je n’ai rien à voir dans sa chute directe. Il a provoqué sa chute lui-même », a déclaré Donald Duguay à Jean-François Guérin. Et il a continué en affirmant : « Peut-être que certaines personnes sont fâchées parce que ma cause l’empêche de revenir. Mais je me dis : est-ce qu’on est socialement au point où on est prêt à endurer quelqu’un qui a du talent (et monsieur Salvail avait du talent comme animateur), même s’il est un agresseur social ? »

Quelle bonne question, Monsieur Duguay !

Les faits allégués se seraient produits en 1993, alors qu’Éric Salvail était un simple employé du service de courrier de Radio-Canada­­­. Dans une société comme Rad-Can, quand tu travailles au courrier, tu es tout en bas de la hiérarchie sociale, en bas de la chaîne alimentaire, tu es au même niveau que le gars qui récure les toilettes.

Il n’était pas animateur de foule, il n’était pas animateur d’émissions à succès, il n’était pas producteur. Donc, toutes les théories sur « les gens de pouvoir qui se servent de leur position pour abuser de subalternes » ne tiennent pas la route.

COMME UNE LETTRE À LA POSTE

Hier, à QUB radio, j’en ai parlé avec Michel Dorais, sexologue, qui vient justement de sortir un livre intitulé Après le silence : Réagir aux agressions sexuelles envers les personnes LGBT.

 

Selon lui, les agressions sexuelles ne sont pas limitées aux gens qui ont un pouvoir réel. C’est une question de pouvoir qu’un individu réussit à exercer sur un autre.

C’est à ça que les fans d’Éric Salvail devraient­­­ penser.

Donald Duguay n’accuse pas Salvail-l’excellent­-animateur. Il accuse Salvail-l’employé­-anonyme.

Les fans croient aveuglément à l’innocence d’une vedette. Mais croiraient-ils aussi aveuglément à l’innocence du gars qui livre le courrier à des vedettes ?