/sports/opinion/columnists
Navigation

La transformation des Blue Jays

Marcus Stroman sera le partant des Blue Jays pour le premier match de saison régulière, le 28 mars contre les Tigers de Detroit.
Photo d’archives, AFP Marcus Stroman sera le partant des Blue Jays pour le premier match de saison régulière, le 28 mars contre les Tigers de Detroit.

Coup d'oeil sur cet article

Le visage des Blue Jays a bien changé depuis le début de la saison 2018.

Partis sont les Marco Estrada, Roberto Osuna, Russell Martin, Troy Tulowitzki, J.A. Happ, David Pearce, Josh Donaldson, Aaron Loup et Seunghwan Ho...

Il reste Marcus Stroman, Aaron Sanchez, Ryan Tepera et Ken Giles qui se veulent des valeurs sûres (quand ils sont en santé) de même que les voltigeurs Randal Grichuk, Teoscar Hernandez et Kevin Pillar, tandis qu’à l’avant-champ, il y a toujours Justin Smoak.

Sans oublier que les Jays ont ajouté cinq vétérans artilleurs en Clayton Richard, David Phelps, Matt Shoemaker, Bud Norris et Clay Buchholz.

Toutefois, les jeunes Lourdes Gurriel et Brandon Drury, à l’avant-champ, tout comme le droitier Sean Reid-Foley, les gauchers Ryan Borucki, Tim Mayza et Thomas Pannone ainsi que le receveur Danny Jensen ont encore des choses à prouver. La présence de Devon Travis au deuxième but est toujours fragile en raison de blessures possibles.

L’acquisition des vétérans Freddy Galvis et Sydney Sogard pourrait mêler les cartes et retarder l’ascension des jeunes éléments prometteurs.

Il faudra être patient pendant quelques semaines avant d’accueillir le très prometteur Vladimir Guerrero Jr. et possiblement plus longtemps avant que Bo Bichette et Cavan Biggio ne forcent la main des Jays.

Stroman dans le champ

Vous connaissez le proverbe qui dit que le silence est d’or et la parole est d’argent ?

Stroman l’ignore sûrement...

Sur quoi s’appuie-t-il pour se proclamer le porte-étendard des Blue Jays ? A-t-il jeté un coup d’œil sur sa performance des trois dernières saisons ? Un bilan de 26-28 avec une moyenne de 4,10 points mérités !!!

Il se dit déçu que les Jays ne lui aient pas offert un contrat à long terme... A-t-il oublié les blessures qui l’ont limité à seulement 102 manches de travail l’an dernier ?

Selon moi, il devrait être plus discret et dépenser toutes ses énergies à prouver, sur le terrain, qu’il mérite vraiment ce qu’il devrait recevoir.

Si Stroman complète la première tranche du calendrier avec une fiche de 7-0 ou 7-2, avec une moyenne de 2,00, il forcera ainsi la main des Blue Jays à s’asseoir à la table des négociations. Sinon, il pourrait se retrouver dans un autre uniforme !

Je préfère tellement l’attitude d’Aaron Sanchez, lui qui préfère laisser parler ses performances...

Le cas de Vladimir jr

L’association des joueurs du baseball majeur et plusieurs agents décrient la décision des équipes de retarder l’entrée en scène de certains jeunes joueurs prometteurs, ce qui retarde d’un an l’admissibilité de ces joueurs à l’arbitrage et à l’autonomie.

Ce que l’association et les agents oublient, c’est qu’un jeune comme Vladimir Jr. a reçu, à l’âge de 16 ans, la rondelette somme de 3,6 M$ lorsque les Blue Jays l’ont mis sous contrat !

Ce n’est pas comme si les Blue Jays se voulaient des rivaux de taille pour les Red Sox et les Yankees en 2019...

Déjà ? Incroyable, mais vrai !!!

L’autre jour, je fredonnais Moi, mes souliers ont beaucoup voyagé, de notre unique Félix Leclerc, lorsque je me surpris à faire un retour sur mon cheminement.

Et c’est à ce moment-là que j’ai réalisé qu’en 2019, j’entreprenais ma 60e année dans le domaine des communications !

En effet, mes souliers m’ont d’abord conduit de l’école à la BMO... puis de la BMO à la Presse Canadienne, en 1959, avec mon mentor Rocky Brisebois et ensuite au défunt Nouveau Journal. Puis, à La Presse avec ce grand fan du baseball qu’était Gérard Champagne... et de La Presse jusqu’aux Expos en 1972, et ensuite aux Capitales de Québec pour aboutir à TVA Sports où j’ai renoué avec mon vieux complice qu’est Rodger Brulotte et au Journal de Montréal où j’ai repris ma plume.

Que le temps a vite passé et combien il m’a gâté !

Certes, il y a eu des moments moins agréables que les autres, mais ceux-là ne font pas le poids en comparaison des joies incroyables que j’ai recueillies.

Je ne peux oublier cette fidélité que vous m’avez témoignée, comme journaliste, commentateur à la radio et encore à la télévision. C’est un privilège dont bien peu de gens peuvent se vanter... et je vous en suis reconnaissant.

Cette fidélité m’a valu de récolter tant d’honneurs, notamment d’avoir été décoré de la médaille de l’Assemblée nationale du Québec.

Et vous demandez ce qui me pousse à continuer ?

D’abord, parce que pour moi, ce métier n’est pas un travail et que j’ai tellement de plaisir à l’exercer. Il va sans dire que cette passion qui m’anime est loin de s’éteindre.

 

Bruce Bochy à la retraite après 2019

C’était à prévoir.

L’expérimenté gérant des Giants Bruce Bochy prendra sa retraite à la fin de la saison 2019.

En poste depuis 2007 chez les Giants, après avoir été aux commandes des Padres, la santé de Bochy a été chancelante ces dernières saisons.

Avec un dossier de 1926 victoires comme gérant, dont 975 avec les Giants, on peut être assuré que celui qui a vu le jour à Landes-de-Boussac, en France, le 16 avril 1955, aura sa niche au Temple de la renommée.

Et il ne faut pas oublier qu’il a mené les Giants à trois conquêtes de la Série mondiale et qu’il a gagné le championnat de la Ligue nationale avec les Padres en 1998.

 

Alex Rodriguez, un joueur d’exception

L’ancien des Mariners, des Rangers et des Yankees, Alex Rodriguez, est vraiment dans une classe à part et pourtant son admission à Cooperstown n’est pas assurée.

En effet, A-Rod est le seul frappeur des majeures à avoir récolté au moins 3000 coups sûrs, produit plus de 2000 points, marqué plus de 2000 points et volé plus de 300 buts !

Son bilan de carrière se lit comme suit : 3115 coups sûrs, 2086 points produits, 2021 points marqués et 329 buts volés.

Sans oublier qu’il a aussi claqué 696 coups de circuit !

 

Javier Vazquez dans

une classe à part Rares sont ceux qui se souviennent de l’identité du lanceur perdant lorsque David Cone a réalisé son match parfait contre les Expos de Montréal, le 18 juillet 1999 au Yankees Stadium.

C’était Javier Vazquez, originaire de Porto Rico.

Et il y a de bien meilleurs moments qui devraient nous permettre de nous rappeler de Vazquez puisqu’il est l’un des rares lanceurs à avoir remporté au moins une victoire contre chacune des équipes des majeures au cours de sa carrière.

Le 5e choix des Expos au repêchage de 1991 a fait le saut du baseball AA avec les Expos en 1998 et a été élu au sein de l’équipe d’étoiles en 2004 avec les Yankees de New York.