/news/politics
Navigation

Premier budget caquiste: des promesses à la merci de l’économie

Des «mesures d’efficience» devront être réalisées, selon le ministre Girard

little girl and boy playing with toys by the home
Photo Adobe Stock Le gouvernement caquiste de François Legault abolit progressivement la contribution additionnelle pour la garde d’enfants, mise en place par le précédent gouvernement libéral de Philippe Couillard. Sur cette image à titre illustratif, des bambins s’amusent en garderie.

Coup d'oeil sur cet article

Si le premier budget Girard confirme le retour du tarif unique des services de garde pour 2022, deux autres promesses phares de la CAQ ont du plomb dans l’aile.

Un « effet CAQ » sur l’économie sera nécessaire pour que le gouvernement Legault puisse livrer l’allocation famille supplémentaire de 1200 $ pour les 2e et 3e enfants et l’uniformisation du taux de taxe scolaire pour l’ensemble de la province.

Un montant pouvant atteindre 500 $ pour les 2e et 3e enfants a été accordé à l’automne pour les parents qui gagnent un revenu familial de moins de 108 000 $, mais rien n’indique dans le plan budgétaire dévoilé jeudi que le gouvernement caquiste respectera totalement son engagement.

François Legault avait promis en campagne électorale que cette bonification atteindrait 1200 $ et s’appliquerait à tous. Le reste de l’engagement n’est pas budgété. Notons que cette promesse coûterait un demi-milliard de dollars à mettre en place.

François Legault s’était également engagé à offrir un taux unique de taxe scolaire à travers la province. Dans le budget présenté jeudi, il n’y a que le tiers du chemin qui est fait. Le gouvernement versera 200 millions $ cette année aux commissions scolaires pour compenser la réduction des revenus de taxe scolaire. Rien n’est toutefois prévu pour compléter la promesse dans les années suivantes.

« Surperformer »

Le ministre des Finances assure que toutes les promesses de la CAQ seront tout de même respectées. Mais afin d’obtenir la marge de manœuvre nécessaire pour y arriver, l’économie devra « surperformer » et des « mesures d’efficience » devront être réalisées, a convenu Éric Girard. « Le cadre financier, c’est un tout, nous avons l’intention de respecter nos engagements, nous sommes en avance sur nos engagements », a-t-il insisté.

Comme promis, le gouvernement Legault abolit progressivement la contribution additionnelle pour la garde d’enfants, mise en place par le précédent gouvernement libéral.

À l’heure actuelle, seules les familles ayant un revenu de moins de 52 220 $ paient uniquement la contribution de base de 8,25 $ pour leur premier enfant qui fréquente un CPE ou un autre service de garde subventionné.

À compter de 2020, les parents gagnant 100 000 $ et moins ne paieront plus la contribution additionnelle, qui disparaîtra totalement pour tous en 2022.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

250 $ pour l’achat de lunettes

Par ailleurs, le gouvernement Legault passe de la parole aux actes et remboursera 250 $ par deux ans pour l’achat de lunettes ou de lentilles cornéennes chez les enfants de 17 ans ou moins.

Mis en place par le gouvernement Couillard, le crédit d’impôt remboursable de 100 $ par enfant accordé aux parents pour les fournitures scolaires est maintenu.


RETOUR PROGRESSIF AU TARIF UNIQUE DES SERVICES DE GARDE SUBVENTIONNÉS

  • 2019 : les parents ayant un revenu de 78 320 $ et moins ne paieront plus de contribution additionnelle
  • 2020 : les parents ayant un revenu de 108 530 $ et moins ne paieront plus de contribution additionnelle
  • 2022 : tous les parents ne paieront que le tarif unique de base

Des critiques

« L’année 2019-2020, c’est la dernière année des marges de manœuvre. Profitez-en bien, parce que les années suivantes, ça ne va pas être ça du tout. [...] À notre avis, cette marge de manœuvre n’a pas été bien utilisée. »

– Carlos Leitao, Parti libéral du Québec


« Les bras m’en sont tombés en constatant que ni M. Legault ni son ministre des Finances n’ont compris l’ampleur de la crise climatique et l’ampleur des moyens qu’il faudra prendre pour empêcher le Québec de foncer dans l’iceberg climatique. »

– Manon Massé, Québec solidaire


«La CAQ triche avec les chiffres en ne budgétant pas certaines de ses promesses [...]. Le ministre des Finances doit nous dire la vérité : est-ce qu’il y a un déficit caché, ou est-ce qu’il y aura des coupures cachées ? »

– Martin Ouellet, Parti québécois