/news/politics
Navigation

Premier budget caquiste: le Centre de services partagés du Québec «sera dissout»

Le Conseil du trésor lance plusieurs grands chantiers.

Christian Dubé
Photo Agence QMI,Simon Clark Christian Dubé

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault fait le ménage et prévoit économiser 400 M$ en abolissant le Centre de services partagés du Québec (CSPQ) et créer deux nouveaux organismes : l’un dédié aux infrastructures technologiques et l’autre aux acquisitions.   

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, a affirmé que le modèle actuel du CSPQ n’est plus efficace. «Nous devons donc opérer des changements en profondeur», dit-il.  

Ainsi, il a décidé de mettre la hache dans le CSPQ et le «redéployer au sein de deux organismes» différents.  

Premièrement, Québec fonde Infrastructures technologiques Québec (ITQ). Une structure gouvernementale qui sera entièrement dédiée à «assurer le développement, l’exploitation et l’optimisation» des infrastructures technologiques pour l’ensemble de l’État.  

Il sera le gardien des grands chantiers technologique comme le Réseau national intégré de radiocommunication (RENIR) et la Solution d’affaires en gestion intégrée des ressources (SAGIR), deux immenses bordels informatiques qui ont marqué la dernière décennie.  

«Cette nouvelle instance assurera des services de qualité aux citoyens en plus d’amener d’importante économie», plaide le président du Conseil du trésor. En parallèle, le Secrétariat du Conseil du trésor aura la mission de mener à bien la transformation numérique promise par son ministre délégué Éric Caire.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Acquisitions regroupées  

Puis, Christian Dubé met sur pied le Centre d’acquisition gouvernementale (CAG) afin de «maximiser l’expertise des ressources dédiées aux achats groupés».  

Dès janvier 2020, ce nouveau centre sera responsable des acquisitions regroupées pour l’ensemble des ministères et organisme, y compris l’Éducation et la Santé et les Services sociaux. Selon le trésor, la possibilité d’acquérir des biens et services en achats regroupés n’est pas utilisée à son plein potentiel.  

Même s’il admet qu’il s’agit d’une bonne chose de scinder le CSPQ, le porte-parole de l’opposition officielle libérale, Gaétan Barrette, ne croit pas que le gouvernement Legault ne réussira pas à y faire des économies.  

«Je doute que ça génère tant d’économie», a affirmé M. Barrette.  

De son côté, le président du Syndicat de professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), Richard Perron, croit «qu’au lieu de jouer avec les structures, le gouvernement devrait écouter ses experts».  

Nommé PDG du CSPQ mercredi, l’ancien grand stratège des communications gouvernementales sous les libéraux, Christian Lessard, assurera la transition jusqu’en janvier 2020.  

Accès UNIQC  

Le trésor annonce également un nouveau jalon de sa transformation numérique. Après la consolidation des centres de traitement informatique, Québec lance le projet Accès UNIQC.  

Il s’agira d’une porte d’entrée virtuelle unique permettant aux citoyens de fournir une seule fois leurs informations d’identité pour bénéficier des prestations de service offertes par le gouvernement. Le gouvernement promet que les phases de conceptions seront déjà complétées l’an prochain.