/news/transports
Navigation

Premier budget caquiste: le troisième lien avance, le tramway stagne

Le gouvernement Legault accorde 325 millions $ pour les plans et devis du futur projet routier

Premier budget caquiste: le troisième lien avance, le tramway stagne
Photo d'archives Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le projet de tramway fait du surplace, le troisième lien avance sur la voie rapide avec le budget Legault présenté jeudi.   

Pour son premier budget, le gouvernement de François Legault a décidé de faire cheminer le troisième lien en mode accéléré. Il passe de la phase « à l’étude » à « en planification ».

On réserve 325 millions $ pour des études et des plans et devis, qui s’ajoutent aux 20,5 millions $ déjà consentis pour un bureau de projet. Les travaux de ce bureau, qui devaient déterminer l’occasion de réaliser ce projet ou non, ne sont d’ailleurs pas encore terminés.

Mais pour le ministre des Transports, François Bonnardel, « c’est un projet qui est extrêmement important » et « on se donne tous les outils pour prendre la meilleure décision possible ».

Au contraire, Québec solidaire estime que le gouvernement agit comme si le projet était « un fait accompli ». « Ce nouvel axe routier est inutile, coûteux et extrêmement dommageable pour l’environnement », a martelé le député Vincent Marissal.

Congestion sur la Rive-Sud

Le gouvernement justifie sa décision de faire avancer le troisième lien à l’étape suivante par le fait que « sa réalisation réduira la congestion sur la Rive-Sud et le kilométrage parcouru ».

Pendant ce temps, alors que les projets de transport collectif se multiplient à Montréal, le réseau structurant de transport collectif de la ville de Québec demeure au même point.

Il est en mode planification depuis un an. L’an dernier, le gouvernement libéral l’avait en effet propulsé à l’avant-plan.

De son côté, le réseau de tramway et de trambus n’a pas reçu les fonds pour la réalisation des plans et devis. Les 215 millions $ consentis en 2018 par les libéraux ne finançaient que les études.

Cette année, tout au plus, le gouvernement Legault confirme sa participation de 1,8 milliard $ sur la totalité du projet de 3 milliards $. Mais il ne dénoue pas l’impasse du financement fédéral, qu’Ottawa dit avoir déjà mis sur la table.

Encore insuffisant

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, a « salué » la bonification de 500 millions $ du Fonds fédéral de la taxe sur l’essence. « Ça avance, mais c’est encore insuffisant pour boucler le montant total recherché par M. Labeaume. »

François Bonnardel dit qu’il reste des éléments à clarifier concernant l’utilisation de ces sommes. « Le fédéral ne nous facilite pas la tâche. Les députés fédéraux disent que cet argent est dédié aux municipalités, et de l’autre côté on nous dit qu’on peut aller l’utiliser complètement pour le réseau de tramways. [...] On me dit : “Déshabille un programme et habille l’autre.” Ça ne fonctionne pas comme ça. »

Le gouvernement s’assurera de l’interconnexion de ce projet avec la Rive-Sud par le secteur de la tête des ponts. À l’extrémité est, il y aura une autre interconnexion, par le troisième lien.

Le projet structurant en chiffres

  • Coût total 3,3 G$
  • Part du provincial (confirmée) 1,8 G$
  • Part du fédéral (400 M$ confirmés) 1,2 G$
  • Part de la Ville de Québec (confirmée) 300 M$