/travel/conseils
Navigation

3 trucs pour ne pas gâcher ses vacances

3 trucs pour ne pas gâcher ses vacances
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Il suffit parfois de peu de choses pour gâcher un voyage. Voici trois trucs susceptibles de sauver vos vacances.

1. Erreurs de frappe

Quelques jours avant le départ, on vérifie ses billets d’avion, pour s’assurer qu’aucune erreur de frappe n’est venue modifier notre nom. Si c’est le cas, on s’occupe vite de s’assurer que le nom figurant sur le billet est écrit EXACTEMENT de la même façon que sur le passeport. Ce simple petit détail pourrait valoir un refus au comptoir d’embarquement. C’est la loi, et Transport Canada l’applique à la lettre.

2. Abus d’alcool

On a peur de prendre l’avion ou alors on est vraiment trop content de partir en voyage et on trinque joyeusement avant de monter à bord et pendant le voyage. Attention ! L’alcool n’a pas du tout le même effet sur le corps lorsque ce dernier est en altitude. Il s’agit d’un phénomène chimique qui s’explique par un manque d’oxygène dans le sang. En effet, en altitude, la densité de l’air diminue d’à peu près 40 %, ce qui se traduit par une diminution de gaz dans cet espace clos, ce qui entraîne une diminution de pression dans les alvéoles pulmonaires. De plus, la baisse d’oxygène fait pénétrer l’alcool plus vite dans le sang ce qui accentue la sensation d’ivresse. Cette dernière est accentuée par la déshydratation causée par l’air de la cabine qui devient sec en altitude. Pour s’assurer de débuter ses vacances en pleine forme, on privilégie l’eau.

3. La tourista

S’il est un désagrément susceptible de gâcher un voyage, c’est bien la tourista. Pour éviter de l’attraper ou de la donner, il faut bien se laver les mains avec du savon pendant au moins 20 secondes puis bien les rincer à l’eau claire. Le plus souvent possible. Surtout avant de manger, de boire, de fumer ou après avoir été aux toilettes, avoir toussé ou éternué. Après s’être séché les mains, on conserve le papier et on l’utilise pour ouvrir la porte de la toilette publique, car les poignées sont souvent très sales. À défaut de papier, on peut également utiliser sa manche.

On garde toujours sur soi des gels à base d’alcool.

Si l’on éternue, on évite de se protéger avec les mains, on utilise plutôt un mouchoir ou sa manche. Et surtout, on évite de toucher son visage.