/sports/hockey/remparts
Navigation

Surprise à Halifax

Les Remparts gagnent en prolongation et mènent la série 2-0

Coup d'oeil sur cet article

HALIFAX | Qui l’eût cru ? Les Remparts de Québec ont quitté Halifax samedi avec une avance de 2-0 dans leur série les opposant aux Mooseheads grâce à un gain de 5-4 en prolongation au centre Scotiabank.

C’est Luke Kutkevicius qui a tranché le débat en prolongation lorsqu’il a fait dévier un tir de Philipp Kurashev derrière Cole McLaren, venu en relève à Alexis Gravel retiré du match après avoir cédé quatre fois sur 29 lancers. Ce but, inscrit en avantage numérique, a conclu une bonne soirée de travail pour les Remparts avec l’avantage d’un homme, eux qui ont marqué trois fois en cinq tentatives samedi.

Ils sont donc rentrés, tard samedi soir, avec une avance inespérée de deux matchs à zéro face à l’équipe hôtesse de la Coupe Memorial.

« Pour nous, rien ne va changer. Notre objectif était de jouer du bon hockey et c’est ce qu’on a fait. C’est la raison pour laquelle on a gagné deux matchs. Il faut qu’on garde la même intensité », a mentionné Patrick Roy.

« Personne ne s’attend à ce qu’on gagne, a renchéri Kutkevicius. On croit en nos chances et on pense qu’on aurait dû terminer plus haut au classement. C’est ce qu’on veut montrer. »

Québec avait pris les devants 2-1 après une période, mais les Mooseheads étaient parvenus à combler l’écart et même prendre les devants pour la première fois de la série au second tiers, avant que Sam Dunn et Andrew Coxhead ne marquent, coup sur coup en avantage numérique, pour permettre aux Diables rouges de retraiter au vestiaire avec une avance de 4-3.

Éric Veilleux a ensuite pris la décision de retirer Gravel du match au profit de McLaren. Les Mooseheads ont accentué la pression par la suite, mais n’ont pas été en mesure de déjouer Pagliarulo jusqu’à ce que Raphaël Lavoie fasse exploser le toit du centre Scotiabank en battant de vitesse Pier-Olivier Lacombe avant de faire de même avec Pagliarulo, d’un tir précis.

MIEUX FAIRE

Veilleux ne cherchait pas d’excuses d’ailleurs, après le match. À ses yeux, son équipe s’est tirée dans le pied lors des deux premières périodes.

« On leur a donné beaucoup trop de chances. On n’est pas obligés de tricher pour aller marquer. On a voulu en faire trop à certaines reprises », a-t-il mentionné, ajoutant avoir retiré son gardien pour changer le momentum.

Maintenant, l’entraîneur sait que son équipe se retrouve dans une situation un peu moins enviable. Le format 2-3-2 fait en sorte que les trois prochains matchs auront lieu à Québec.

 

P
5
4
Première période
1-QUÉ : Andrew Coxhead (1) (Grouchy, Dickner) 3:44 2-HAL : Arnaud Durandeau (1) (McIsaac, Lavoie) AN-8:43 3-QUÉ : Jérémy Laframboise (1) (Rodzinski, Pagliarulo) 15:01
Punitions: Dubé (Qué) 7:58, Flower (Hal) 10:42, Caron (Qué) 15:36, Flower (Hal) 15:36, Lavoie (Hal) 17:06, Savoie (Qué) 19:36.
Deuxième période
4-HAL : Arnaud Durandeau (2) (Ryczek, Trépanier) 5:22 5-HAL : Maxim Trépanier (1) (Morand, Barron) 12:04 6-QUÉ : Sam Dunn (1) (Grouchy, Verrette) AN-14:41 7-QUÉ : Andrew Coxhead (2) (Dunn, Grouchy) AN-19 : 34
Punitions: Kurashev (Qué) 2:17, Kurashev (Qué) 6:33, Durandeau (Hal) 6:33, Gaudreau (Qué) 10:00, McIsaac (Hal) 12:46, Chainey (Hal) 18:41.
Troisième période
8-HAL : Raphaël Lavoie (1) (McIsaac) 16:21
Punitions: Dunn (Qué) 7:34.
Prolongation
9-QUÉ : Luke Kutkevicius (2) (Kurashev) AN-11 : 40
Punitions: Durandeau (Hal) 10:55.
Tirs au but
QUÉBEC 13 - 16 - 4 - 4 - 37 HALIFAX 11 - 11 - 16 - 7 - 45
Gardiens:
QUÉ : Carmine-Anthony Pagliarulo (G, 2-0-0); HAL : Alexis Gravel , Cole McLaren ([3e pér.], PP, 0-0-1).
Avantages numériques:
QUÉ : 3 en 5, HAL : 1 en 5.
Arbitres:
Jonathan Langille, Mario Maillet.
Juges de lignes:
Jay Doiron, Mike MacDonnell.
ASSISTANCE:
7657.

 

Espoir de 1re ronde LNH : Raphaël Lavoie et la recherche de constance

La dernière saison de Raphaël Lavoie n’a pas été un long fleuve tranquille. Critiqué pour son manque de constance, l’excellent espoir en vue du prochain repêchage de la LNH estime avoir amélioré cet aspect de son jeu, et l’arrivée de l’entraîneur Éric Veilleux n’y est pas étrangère.

Le gros ailier droit a conclu avec 73 points en 62 parties la saison dernière. Après une première moitié fort productive, lors de laquelle il a inscrit 39 points à ses 34 premiers matchs, Lavoie a connu un mois de janvier plus difficile, en amassant huit points en 12 matchs, mais en étant blanchi de la feuille de pointage à six reprises. Il a par la suite explosé avec 24 points en 12 matchs en février.

Mais qu’est-ce qui a bien pu causer ce changement aussi marqué ?

« Sa constance, son niveau de compétition », explique simplement Veilleux.

Mais, contrairement au coup de patin ou au lancer, la constance ne se travaille pas au gymnase ou en faisant des répétitions sur la patinoire. Tout vient alors de la compréhension du jeu sans la rondelle et d’une éthique de travail, selon l’entraîneur.

« Quand tu es bon avec la rondelle, c’est pas dur, ça te la prend. Comment tu fais pour l’avoir ? Tu travailles et tu vas la chercher. C’est facile ça, hein ? », a-t-il expliqué au représentant du Journal, mi-sérieux, mi-moqueur.

EXIGEANT

Veilleux n’a d’ailleurs pas caché avoir été exigeant envers son gros ailier droit cette saison, surtout par rapport à son jeu défensif et à son implication.

« Ç’a été super le fun de travailler avec Éric, a assuré Lavoie samedi matin. C’est un super bon coach. Qu’il soit exigeant, c’est bon, parce que ça va m’aider à devenir un meilleur joueur. Si Éric prend une décision et qu’il pense que c’est bon pour moi, je vais le suivre et lui faire confiance, parce que ça va m’aider dans le futur. »

Pas de doute que, de la constance, les Mooseheads en auront besoin de la part de Lavoie, s’ils espèrent faire un bout de chemin en séries éliminatoires.