/news/currentevents
Navigation

Deux arrestations lors d’une frappe contre les Rock Machine en Estrie

Les policiers ont perquisitionné une ancienne église convertie en bar par des motards à Farnham

Deux arrestations lors d’une frappe contre les Rock Machine en Estrie
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les Rock Machine, qui affirmaient l’été dernier vouloir faire un « retour en force » au Québec, viennent de voir leur local en Montérégie aménagé dans une ancienne église être perquisitionné par les policiers.

La Sûreté du Québec (SQ) a rendu une petite visite, vers 20 h samedi, aux occupants de l’ancien lieu de culte de la rue Saint-Joseph à Farnham, qu’ils avaient converti en repaire pour leurs membres.

Deux arrestations lors d’une frappe contre les Rock Machine en Estrie
Photo courtoisie

L’intérieur du bâtiment, peint aux couleurs noir et blanc des Rock Machine, est notamment aménagé avec une scène et une barre verticale de pole dance, a pu constater Le Journal.

Le logo trône bien en évidence à l’arrière avec les inscriptions NO MERCY et ALVALM (À la vie, à la mort, la devise du groupe).

Un comptoir de service pour l’alcool et une table de billard ornent aussi la salle principale.

À l’entrée, une liste de règlements à respecter est affichée.

« Seuls les membres en règle NO MERCY peuvent entrer dans la salle de meeting » et « Aucune photo sans permission », peut-on notamment y lire.

École primaire

Des Rock Machine s’étaient installés dans une ancienne église de la rue Saint-Joseph à Farnham qu’ils avaient convertie en bar à leur effigie. Juste à côté, une école primaire a pignon sur rue.
Capture d'ecran, Google Map
Des Rock Machine s’étaient installés dans une ancienne église de la rue Saint-Joseph à Farnham qu’ils avaient convertie en bar à leur effigie. Juste à côté, une école primaire a pignon sur rue.

L’ancienne église qui servait de local depuis quelques mois aux Rock Machine est littéralement dans la cour arrière d’une école primaire anglophone de la petite ville.

Autrefois ennemis jurés des Hells Angels, le club fondé en 1986 a été décimé par la guerre des motards, les défections, puis les dissensions internes.

En juin dernier, des membres du « Nouvel ordre » s’étaient réunis et affichés publiquement près de Saint-Hyacinthe, sans que les forces de l’ordre y prêtent une attention particulière.

« Cette réunion de Rock Machine, c’est un anachronisme, quelque chose du passé. Ils n’ont aucun impact dans le paysage criminel au Québec », avait affirmé à ce moment une source policière, soulignant la mainmise des Hells sur le trafic de stupéfiants notamment.

Ce week-end, la SQ s’est assurée de passer le même message martelé aux autres organisations criminelles du genre.

Deux hommes ont été arrêtés puis relâchés sous promesse de comparaître.

Des dizaines de comprimés de méthamphétamine, neuf vestes des Rock Machine, des armes prohibées et plusieurs bouteilles d’alcool ont été saisis par les enquêteurs spécialisés dans le crime organisé.