/sports/ski
Navigation

Même si Alex Harvey accroche ses skis, Québec gardera sa place pour les Coupes du monde de ski de fond

La retraite d’Alex Harvey ne change rien aux plans de la FIS qui a encore été charmée par la ville

Alex Harvey a été acclamé par une foule en délire après avoir réalisé un deuxième podium en autant de jours sur les plaines d’Abraham.
Photo Didier Debusschère Alex Harvey a été acclamé par une foule en délire après avoir réalisé un deuxième podium en autant de jours sur les plaines d’Abraham.

Coup d'oeil sur cet article

Même si Alex Harvey accroche ses skis, la Fédération internationale de ski (FIS) n’a pas l’intention de balayer Québec du tableau et compte revenir y présenter ses prochaines Coupes du monde de ski de fond.

Les dirigeants de la FIS repartent avec un souvenir impérissable de la dernière fin de semaine. Le centre-ville ne vibrait que pour Alex Harvey dimanche, alors que près de 25 000 personnes sont venues s’époumoner pour l’encourager sur les plaines d’Abraham.

Le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges a soulevé la foule en raflant l’argent pour une deuxième journée consécutive, mais cette fois pour sa toute dernière course en carrière.

Même dame nature s’est investie, en offrant des températures on ne peut plus parfaites pour cette dernière journée de compétitions.

« Si on avait voulu écrire le scénario à l’avance, on n’aurait pas rêvé d’une aussi belle fin de semaine. Il est difficile de penser que Québec ne puisse pas avoir la priorité [pour les compétitions à venir] », a assuré Pierre Mignerey, directeur de courses de la FIS.

Vers une année record ?

Des quatre évènements de la FIS présentés à Québec en 2012, 2016, 2017 et cette dernière fin de semaine, la journée de dimanche a été la plus courue et de loin, affirme le président de Gestev, Patrice Drouin.

Il estime même que la dernière présentation de la Coupe du monde de ski de fond devrait générer des retombées économiques plus importantes que les 2 M$ réalisés en 2017.

« On est en train de donner un nouveau souffle au ski de fond, ils [la FIS] ne peuvent pas penser de nous enlever l’évènement. Tant et aussi longtemps qu’on va vouloir présenter des courses, j’ai l’impression qu’ils vont nous garder une place privilégiée au calendrier », a indiqué M. Drouin.

Malgré tout, la question demeure. Est-ce que l’absence d’Alex Harvey drainera autant de spectateurs lors des courses « sprints », présentées en mars 2020 à Québec ?

« Ce sera la question l’année prochaine, c’est certain. Mais, pour nous, il n’est pas question de dire : Alex s’est retiré du sport de haut niveau et on n’a plus l’intention de revenir sur le Canada. On a bien l’intention de revenir à Québec », a assuré M. Mignerey.

La barre est haute

Selon M. Mignerey, la beauté du site des plaines d’Abraham situé en milieu urbain, place « la barre haut » pour les autres villes qui souhaiteraient présenter l’évènement.

Les images de Québec sont d’ailleurs diffusées simultanément en Europe, où près de 14 millions de téléspectateurs sont rivés à leur écran. La FIS revient à Québec l’an prochain pour y présenter deux courses en style « sprint ». Des discussions sont en cours afin de déterminer le futur emplacement du site. En mai prochain, les membres de la FIS se réuniront pour décider du lieu des prochaines présentations pour 2021.

Sur les traces d'un champion, une incursion dans les périodes charnières de la carrière du skieur Alex Harvey.