/news/health
Navigation

Campagne de recrutement au Brésil pour les hôpitaux de Québec

Coup d'oeil sur cet article

La pénurie de main-d'oeuvre n'épargne pas les hôpitaux de Québec, si bien que sont-ci compte mener prochainement une mission de recrutement au Brésil. 

Il faut dire que les besoins sont criants au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec. «On aurait besoin d'embaucher demain matin 160 infirmières de plus», s'est alarmé le directeur des ressources humaines au CHU de Québec, Michel Boudreault. 

Afin de tenter de pourvoir une partie de ces postes, des représentants du CHU de Québec se rendront au Brésil du 25 au 28 avril, le temps de mener une campagne de recrutement. 

En attendant, le manque de main-d'œuvre crée des tensions au sein de l'établissement de santé. Une centaine de professionnels en soins ont fait entendre leur mécontentement devant les membres du conseil d’administration lundi soir. Ils disent subir des représailles lorsqu'ils refusent de faire des heures supplémentaires obligatoires. 

«Les gens se font dire "tu rentres pas, tu vas avoir une absence non payée et ensuite des rencontres disciplinaires"», a mentionné la présidente du syndicat des professionnels en soins au CHU de Québec, Nancy Hogan. 

Le syndicat a réalisé un sondage auprès des 4500 professionnels du CHU de Québec. Du nombre, 63 % soutiennent avoir déjà pensé ou pensent démissionner. 

«Il y a des départs en maladies, car des gens ne voient pas le bout du tunnel», a ajouté Nancy Hogan. 

La direction du CHU s'est dite ouverte au dialogue. «Comment on peut réduire les inconvénients, faire de nouveaux horaires? On est à la recherche de solutions et de propositions surtout», a soutenu Michel Boudreault.