/sports/opinion/columnists
Navigation

La semaine de l’année pour le Canadien

Islanders c. Canadiens
Photo Martin Chevalier Carey Price est le meilleur joueur du Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

Carey Price a permis au Canadien d’aller chercher un gros point, dimanche à Raleigh, mais rien n’est encore acquis et on peut dire que c’est la semaine de l’année, particulièrement avec le duel à Columbus, jeudi.

Le gros piège à éviter pour les hommes de Claude Julien est de penser aux Blue Jackets avant de penser aux Panthers qui seront au Centre Bell ce soir. Le Canadien n’est pas dans une position pour laisser filer des points.

Les avis sont partagés en ce qui concerne la défaite en prolongation contre les Hurricanes. Certains disent que le Canadien a perdu un gros point, dimanche, mais dans un deuxième match en deux jours, à l’étranger, contre une formation surprenante, je dis plutôt qu’ils ont gagné un gros point.

On préférerait que le Canadien soit déjà qualifié pour les séries, mais voyons le côté positif. Nous avons droit à une fin de saison enlevante, et en tant que joueur, j’ai toujours rêvé de me retrouver dans des situations importantes.

C’est pour ça qu’on joue au hockey, pour ces moments qui font toute la différence. J’espère que chaque joueur du Canadien veut être celui qui va changer le cours d’un match.

La hargne des Domi et Gallagher

On voit cette hargne chez Max Domi et Brendan Gallagher, ainsi que chez le capitaine, Shea Weber. Le chaînon manquant est Jonathan Drouin. Il n’a jamais été habitué à cette course aux séries lorsqu’il était à Tampa.

Le fait qu’il soit le joueur le moins utilisé en troisième période par Claude Julien démontre qu’il n’a pas la confiance de l’entraîneur, mais d’après moi, Drouin n’est qu’à un gros but de se retrouver. S’il marquait le but gagnant contre les Blue Jackets, par exemple, ça serait énorme pour sa confiance.

Price en mission

La bonne nouvelle, c’est que Carey Price est le meilleur joueur du Canadien. On voit qu’il est en mission et j’ai aimé sa réaction après le but égalisateur des Hurricanes en troisième période.

Il s’en voulait probablement d’avoir trop poussé vers le côté rapproché, se rendant ainsi vulnérable à une déviation.

Il a exprimé une certaine frustration, mais ce n’était pas une réaction pour la galerie. J’ai senti à quel point il voulait gagner ce match, et il est comme ça depuis un certain temps. Je l’ai déjà dit, si le Canadien se qualifie pour les séries, Price devra être considéré pour le trophée Vézina.

Duel contre Bobrovsky

Je veux bien respirer par le nez et ne pas oublier les Panthers, mais j’ai hâte au duel de jeudi à Columbus qui opposera Price à Sergei Bobrovsky, deux anciens gagnants du trophée Vézina se battant pour un enjeu majeur, une place en séries.

De toute évidence, Price a retrouvé son statut de gardien élite et le sondage auprès des joueurs de la LNH le démontre. Il est considéré comme le gardien le plus difficile à déjouer.

Il n’a peut-être pas encore gagné la coupe Stanley, mais ça ne devrait pas être le premier critère pour évaluer un joueur. Alex Ovechkin ne l’avait pas gagnée avant l’an dernier et Raymond Bourque l’a soulevée en toute fin de carrière après un échange avec le Colorado.

Price a tout de même accompli quelque chose en dépassant Jacques Plante pour le nombre de victoires à Montréal et j’avoue que je le vois différemment depuis. Il y en a eu des gardiens chez le Canadien depuis le départ de Plante en 1963. Ça fait 56 ans.

Et Price est dans une bonne zone. Il veut jouer dans tous les matchs. On sait qu’il n’est pas nerveux, mais il démontre le juste niveau de combativité. Il m’impressionne.

Entrefilets

Les célébrations des Hurricanes (1)

Sans les condamner comme Don Cherry, je n’aimais pas les célébrations d’après-match des Hurricanes de la Caroline, mais je me suis habitué et maintenant, je trouve ça correct. Je crois qu’ils ont trouvé le bon dosage. C’est simple, c’est court et ça plaît aux partisans sans dénigrer les adversaires. Il ne faut jamais oublier que le hockey est un spectacle, et les Hurricanes ont trouvé une façon originale de se démarquer. Bravo ! C’est à nous de nous adapter.

Les célébrations des Hurricanes (2)

Le spectacle est une chose, mais la tradition en est une autre, et le Canadien n’est pas à la même place que les Hurricanes. Vous souvenez-vous du triple low de Carey Price et de P.K. Subban ? Ils se donnaient trois tapes sur les gants après une victoire. C’était même programmé sur le jeu vidéo NHL. L’organisation du Canadien leur a demandé de cesser cette pratique parce que ce n’était pas professionnel.

Ovechkin bloqué à 48 buts

Mon ami Alex Ovechkin n’a marqué que deux buts à ses neuf derniers matchs et il est coincé à 48 buts. Atteindra-t-il le cap des 50 buts pour la huitième fois ? Il s’est arrêté à 49 l’an dernier et il en avait marqué quatre à ses trois derniers. Il est tout de même en bonne position pour gagner son huitième trophée Maurice-Richard. De son côté, Nikita Kucherov s’envole vers le championnat des marqueurs.

Gare aux Golden Knights !

La course aux séries éliminatoires est fascinante dans l’Ouest, et j’ai bien hâte de voir qui va se rendre en finale de la Coupe Stanley. Il y a plusieurs bonnes équipes, mais j’aime bien les Golden Knight de Vegas. L’absence de Marc-André Fleury a permis à Malcom Subban de gagner trois matchs en cinq jours et de signer son premier jeu blanc. Fleury soigne une blessure mineure et un peu de repos devrait lui faire du bien.

– Propos recueillis par Gilles Moffet