/finance/business
Navigation

La Cage s’intéresse à Normandin

Le Groupe Sportscene dit préparer une importante transaction au Québec

La majorité des restaurants Normandin, comme celui-ci, à Beauport, sont situés dans la région de la Capitale-Nationale. L’entreprise est toutefois présente un peu partout au Québec et possède plusieurs hôtels, dont celui qu’on aperçoit en arrière-plan.
Photo Jean-Francois Desgagnés La majorité des restaurants Normandin, comme celui-ci, à Beauport, sont situés dans la région de la Capitale-Nationale. L’entreprise est toutefois présente un peu partout au Québec et possède plusieurs hôtels, dont celui qu’on aperçoit en arrière-plan.

Coup d'oeil sur cet article

Le Groupe Sportscene, qui détient notamment les restaurants La Cage, brasserie sportive, prépare une grosse acquisition. La chaîne de restaurants Normandin serait dans sa mire, a appris Le Journal.

« Il y a beaucoup de choses confidentielles. On est intéressé à des marques québécoises. Je ne dis pas non, je ne dis pas oui. Normandin, c’est une très très belle entreprise structurée », a résumé le grand patron du Groupe Sportscene, Jean Bédard, lorsqu’interrogé par Le Journal à ce sujet.

Le Groupe Sportscene dit travailler actuellement sur une « importante transaction » dans le secteur de la restauration avec « concept aux tables » au Québec. Un achat « majeur », selon M. Bédard, qui se marierait bien avec l’offre actuelle de l’entreprise.

Fondée à Québec il y a 50 ans (1969), la chaîne de restaurants Normandin, qui détient 41 restaurants et plusieurs hôtels, est présente un peu partout au Québec avec plus de 2500 employés. Ses succursales sont situées entre Mont-Joli et Montréal.

Pas à vendre

« Normandin n’est pas à vendre. Cependant, on sait que des gens peuvent s’intéresser à nous. On a un plan de continuité avec nos cadres. Il y a une belle relève chez nous. On célèbre nos 50 ans cette année et on a l’intention d’être là encore pour les 50 prochaines années », a indiqué hier au Journal un très haut dirigeant du Groupe Normandin, Denis Pigeon.

Ce dernier n’a toutefois pas nié que certaines rumeurs pouvaient être plus coriaces que d’autres dans le secteur de la restauration et que Normandin n’était pas à l’abri d’une offre éventuelle.

Il faut dire que le chiffre d’affaires annuel du Groupe Normandin dépasse maintenant les 100 millions $.

Au cours des dernières années, l’entreprise a développé habilement la vente en comptoirs de produits prêts à emporter comme des sauces, pizzas, pâtés et autres.

Selon nos informations, les deux groupes auraient eu des discussions au cours des derniers mois alors que certaines vérifications comptables auraient même été effectuées.

Doubler de taille

Le Groupe Sportscene soutient que les prochaines années seront déterminantes pour son avenir alors que l’entreprise de restauration de Boucherville veut doubler son chiffre d’affaires.

Sportscene, qui détient une cinquantaine de restos sous les bannières La Cage, brasserie sportive, P.F. Chang’s, L’Avenue et Moishes Steakhouse, espère faire passer ses revenus annuels de 128 millions $ à plus de 200 millions $ d’ici cinq ans.

Le Groupe Sportscene entend également miser sur la vente de produits alimentaires de ses marques dans les supermarchés. Les ventes de ses produits au détail représentent maintenant près de 20 % de ses revenus.

En 2018, les revenus du Groupe Sportscene ont totalisé 128 millions $ (+6,2 %) alors que les profits nets ont atteint 3,1 millions $.

Restaurants Normandin

  • Propriétaire|fondateur: Normand Brie
  • Année de fondation: 1969
  • Nombre de restaurants: 41
  • Nombre d’employés: 2500