/news/politics
Navigation

Laïcité: plus d'une décennie de débats houleux

Coup d'oeil sur cet article

Le dépôt jeudi du projet de loi sur la laïcité de l’État représente une étape de plus franchie dans une longue série de gestes entrepris au cours des années pour tenter de résoudre l’épineuse question des signes religieux.

Notre journaliste François Cormier a fouillé dans les archives afin de retracer les grandes dates du débat sur laïcité au Québec, à commencer par son événement déclencheur, survenu en 2006, quand un YMCA du quartier Mile-End a changé ses fenêtres pour «accommoder» une communauté juive. 

C’était l’apparition de l'expression «accommodements déraisonnables». 

Quelques semaines plus tard, la municipalité d’Hérouxville présentait son controversé «code de vie». 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

En septembre 2007, le premier ministre de l’époque, Jean Charest, déclenchait la commission Bouchard-Taylor qui allait aboutir sur le «compromis Bouchard-Taylor». 

Il faudra attendre six ans avant de voir des actions être entreprises pour mettre en œuvre ces recommandations. En septembre 2013, le ministre péquiste Bernard Drainville dirige le projet de la Charte des valeurs, qui allait entraîner au cours des semaines subséquentes des débats polarisants au Québec sur la question de la laïcité. 

Octobre 2017, c’est au tour du Parti libéral et de la ministre de la Justice Stéphanie Vallée de s’attaquer au dossier avec son projet de loi 62 sur la neutralité religieuse, dont la clause principale a par la suite été suspendue par les tribunaux. 

Reste maintenant à voir comment ce nouveau projet de loi survivra le test des débats houleux qu’il engendrera invariablement.