/sports/hockey
Navigation

Un collectionneur d’épinglettes devant le filet des Mooseheads

Brandon Frattaroli était aux premières loges pour voir son coéquipier Étienne Verrette marquer le premier but du match. Son tir des poignets n’a donné aucune chance à Alexis Gravel.
Photo Jean-François Desgagnés Brandon Frattaroli était aux premières loges pour voir son coéquipier Étienne Verrette marquer le premier but du match. Son tir des poignets n’a donné aucune chance à Alexis Gravel.

Coup d'oeil sur cet article

Si le hockey a toujours occupé une grande place dans la famille Gravel, il y a une autre passion qui s’est transmise de génération en génération. Le titulaire masqué des Mooseheads, Alexis Gravel, est un collectionneur invétéré d’épinglettes sportives !

Son coéquipier et bon ami Jocktan Chainey, qui vient d’Asbestos tout comme Gravel, a vendu la mèche en discutant avec le représentant du Journal à la veille du quatrième duel de la série.

Jeune, le gardien de 19 ans a assisté à plusieurs reprises au Tournoi international pee-wee de Québec avant de participer au prestigieux événement deux fois, dont une fois à titre de représentant des Tigres de Victoriaville. C’est que ses grands-parents sont originaires de L’Ancienne-Lorette alors que ses parents ont grandi dans la ville enclavée. Chaque fois, l’occasion était bonne pour bonifier sa collection d’épinglettes.

« Quand j’étais plus jeune, avant les rangs pee-wee, j’avais beaucoup d’épinglettes. Mes grands-parents m’en ont donné, mes parents aussi, et en allant au Tournoi pee-wee chaque année, c’était comme un rituel », a expliqué Gravel en matinée, jeudi, dont le père François, gardien lui aussi, a été un choix de troisième ronde du Canadien en 1987.

Ses épinglettes — ou pins, c’est selon — sont conservées précieusement chez lui dans deux cadres. Même s’il a ralenti la cueillette au cours des dernières années, Gravel ne pouvait ignorer le petit objet métallique symbolisant le 50e anniversaire de la LHJMQ que l’on retrouve dans les différents arénas du circuit.

« J’ai des épinglettes sportives, d’autres reliées au pee-wee ou à des villes, j’ai un peu de tout. Avec mes cousins, c’était toujours cool quand on était plus jeunes de faire des échanges de pins. J’en récolte de temps en temps. Il y a une semaine, je me suis acheté celle du 50e de la LHJMQ, mais sinon, ça faisait deux, trois ans que je n’avais pas touché à ça », a raconté l’espoir des Blackhawks de Chicago.

Amitié solide

Chainey, qui a pris part au Tournoi pee-wee en compagnie de son compatriote asbestrien, éclate de rire en plongeant dans ses souvenirs pour parler des fameuses épinglettes.

Les deux jeunes hommes n’auraient pas cru que leur chemin se croiserait de nouveau à la suite de la décision de Gravel de poursuivre son cheminement bantam et midget en Ontario. Le destin en a décidé autrement.

« On se connaît depuis qu’on est tout petits et on a gagné la Coupe Dodge ensemble dans l’atome CC. On est chanceux. Il y a deux gars d’Asbestos dans la ligue et les deux sont à Halifax ! C’est un bel adon », a reconnu le grand portier, ajoutant que son pote l’a convaincu de se rapporter aux Mooseheads à ses débuts, en 2016.

« On jouait novice et atome ensemble. Ensuite, on n’a plus joué ensemble et on tombe dans la même équipe au niveau junior, c’est un drôle d’adon et c’est bien le fun. On n’aurait pas pensé ça. Quand il est parti en Ontario, je ne pensais pas le revoir dans le junior, et finalement, il tombe dans la même équipe que moi ! » a poursuivi Chainey, qui appartient aux Devils du New Jersey.

Les deux complices auront l’occasion d’écrire un nouveau chapitre de leur amitié en mai prochain au tournoi de la coupe Memorial présenté à l’amphithéâtre des Mooseheads.