/sports/hockey/remparts
Navigation

Remparts: pas de panique, mais une meilleure concentration

Patrick Roy veut que ses joueurs reprennent le contrôle de la série face aux Mooseheads

Coup d'oeil sur cet article

 Les Remparts ont beau avoir perdu les dernières rencontres devant leurs partisans de la série de huitièmes de finale les opposant aux Mooseheads de Halifax, la panique ne s’est pas installée pour autant dans le camp québécois. Mais foi de Patrick Roy, ses hommes devront être mieux concentrés s’ils veulent retourner à Halifax dans le siège du conducteur. 

 Cette série égale à deux victoires de chaque côté se poursuivra samedi soir au Centre Vidéotron, à l’occasion du cinquième épisode. Le sixième match sera présenté au Scotiabank Centre de Halifax lundi et, si nécessaire, le match ultime aura lieu le lendemain au même endroit. 

 Changement à la routine 

 « On a jasé pas mal de ça ce matin [vendredi]. Il y a une certaine déception qui se voyait chez nos joueurs. Nos joueurs ont à cœur le succès de l’équipe, ils veulent bien faire, mais pour quelque raison que ce soit, ce qui ressortait, c’était que le focus n’était pas à son meilleur », a plaidé le grand patron des opérations hockey des Remparts, qui avait convié ses troupes à une courte séance d’entraînement, vendredi, en fin de matinée. 

 « Il suffit de trouver une façon de retrouver ce focus-là. Les erreurs qu’on a faites, selon moi, on peut les couper facilement en étant mieux concentrés et en exécutant un peu mieux dans certaines situations. » 

 Match crucial 

 Roy tenait d’ailleurs à voir ses joueurs sur la glace au lendemain de la défaite de 5-4 de mercredi soir pour briser la routine. 

 « On a changé un peu les habitudes en embarquant sur la patinoire, parce que je sentais qu’on en avait besoin. Il faut s’adapter et changer les choses. Demain [samedi matin], on n’embarquera pas et je pense qu’on ne viendra même pas à l’aréna. On va se concentrer à maximiser notre énergie à partir de là, jusqu’au match de demain soir [samedi] », a expliqué le numéro 33. 

 Les grands penseurs de ce monde se plaisent à affirmer que les matchs impairs d’une série au meilleur de sept matchs sont les plus importants. Chez les Mooseheads, Éric Veilleux est pleinement au courant qu’une troisième victoire consécutive en sol québécois ferait mal à l’adversaire. 

 « On a eu de la pression toute l’année. On a la même pression que dans les autres matchs. Cela dit, c’est un gros match. Patrick sait compter, et moi aussi, et il ne faut pas se cacher que le gagnant du prochain match sera à trois victoires. Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable, c’est un match important », a observé l’entraîneur-chef néo-écossais. 

 « Tout ce que je veux, c’est qu’on se concentre sur le prochain match. C’est un match important, mais je pense que tous les matchs en séries éliminatoires sont importants, surtout avec le fait qu’on menait la série 2-0. Il ne nous manque pas grand-chose et il faut aller le chercher pour faire la différence entre la victoire et la défaite », a pour sa part répondu l’ancien gardien étoile. 

  

 Caron et Dubé blessés : Une décision de dernière minute 

 Blessés mercredi soir, les attaquants Thomas Caron et Pierrick Dubé représentent des cas incertains en prévision du 5e rendez-vous, samedi soir. 

 Caron (haut du corps) et Dubé (bas du corps) n’ont pas sauté sur la patinoire du Pavillon de la Jeunesse en compagnie de leurs coéquipiers, vendredi, et l’entraîneur Patrick Roy a spécifié qu’une décision les concernant sera prise tardivement durant la journée, samedi. 

 « Aujourd’hui [vendredi], ils étaient incapables de pratiquer. Des fois, 24 heures, ça peut faire une différence », a mentionné Roy. Dans le passé, la médecine a souvent fait des miracles avec des éclopés lors du tournoi printanier ! 

 Caron a été blessé en fin de deuxième période, à l’épaule ou au bras, alors que Dubé a raté la fin du match après être entré en collision avec Ben Higgins. Il s’agit de deux des pièces maîtresses de l’attaque des Remparts. 

 Chouinard soulagé 

 Auteur de son premier but en carrière dans la LHJMQ à l’aide d’un tir frappé sur réception, le défenseur des Remparts Félix-Olivier Chouinard a vu une tonne de pression s’envoler de ses épaules. 

 « C’était le fun. Je l’attendais depuis longtemps. C’est un petit stress de moins, mais je l’aurais échangé n’importe quand pour la victoire vendredi. La prochaine fois, quand j’aurai la rondelle pour tirer, je vais avoir l’impression que je peux marquer », a reconnu le jeune homme de 17 ans. 

 Chouinard demeure optimiste pour la suite de la série. « Ce n’est pas fini. On croit encore en nous. Une série, c’est comme un marathon, et c’est encore 2-2. On est encore dans la série. On sait qu’on a bien joué dans les trois premiers matchs », a-t-il plaidé. 

 En 2017, le principal intéressé avait remporté les grands honneurs au niveau midget AAA avec le Blizzard du Séminaire Saint-François, et il essaie de se servir de cette expérience face aux Orignaux.