/travel/quebec
Navigation

Chez les Innus de la mer

VOY 0330 Découvrir le Québec
Photo courtoisie, Tourisme Winipeukut Nature Joachin Mark, un doyen de la communauté d’Unamen Shipu ou plutôt un ancien, disent les Innus.

Coup d'oeil sur cet article

Unamen Shipu. C’est le nom d’une communauté innue de 1000 âmes passé Natashquan, à l’est de Kegaska, là où s’arrête la route 138 sur la Basse-Côte-Nord. De cette dernière localité, un traversier, Le Bella Desgagnés, nous amène donc à Unamen Shipu, un trajet de plus de quatre heures.

Là vivent des Innus, qu’on appelait auparavant Montagnais. Leur langue première : l’innu. La langue seconde : le français.

Des séjours y sont maintenant organisés, ce qui facilite les choses pour les repas, l’hébergement et l’exploration. En bordure de mer, le territoire criblé d’îles est immense et inaccessible sans guide ni embarcation motorisée.

Le village

Première nuit, on loge au motel Madame Ruby. En août, des chalets en front de mer pourraient s’ajouter comme mode d’hébergement.

Le lendemain, on fait un tour guidé du village en minibus ou en camion. On visite le conseil de bande, l’école, l’église et les quartiers. Puis on fait la rencontre d’artisans travaillant la peau d’orignal ou de caribou pour en confectionner des gants ou des mocassins. Ils fabriquent aussi colliers et bracelets.

La journée se poursuit par un souper traditionnel innu, soit de la truite de mer ou une autre prise du jour. La nuit venue, on loge dans une tente typique de la communauté.

Campement sur une île

Campement traditionnel innu.
Photo courtoisie, Tourisme Winipeukut Nature
Campement traditionnel innu.

Cet été, un campement sera érigé sur l’île sauvage Apinipehekat, signifiant passage étroit de l’Est. En partance du village, les visiteurs seront amenés en zodiac par un guide.

Le séjour de deux nuits sur l’île sera agrémenté de chants, du rythme des tambours et de légendes ancestrales autour du feu. Les excursions prévues ont de quoi nous faire saisir l’ampleur du golfe Saint-Laurent devenu la mer. Y habitent plusieurs espèces de baleines et d’abondants oiseaux marins sur les îles et la côte.

Les voyageurs auront alors l’occasion de vivre l’expérience de la pêche au homard à l’épuisette, puis de déguster leurs prises bouillies sur un feu de camp. Une fois la saison du homard passée, arrive celle des petits fruits à cueillir comme la chicoutai et les bleuets.

Dans un milieu en apparence aride du premier coup d’œil, on s’émerveille de tant de richesses. Et on se surprend d’un si grand dépaysement.

Forfait de tourisme Winipeukut nature

L’Aventure en mer : 3 nuits et 4 jours

Tarif : 890 $ par personne en occupation double incluant hébergement, repas (8), traversier à partir de Kegaska et transports sur place avec guide

Transport en avion possible avec Provincial Airlines : de Montréal, de Québec ou de Sept-Îles

►1 877 573-2678

www.winipeukut.ca

D’autres idées pour le week-end

Laval

Exploration sur la rivière des Mille-Îles

Un aperçu du Centre d’exploration, situé sur le boulevard Sainte-Rose.
Photo courtoisie, David Boyer
Un aperçu du Centre d’exploration, situé sur le boulevard Sainte-Rose.

Récemment inauguré, le Centre d’exploration du Parc de la Rivière-des-Mille-Îles, abritant une exposition, vient confirmer la valeur de ce riche milieu naturel près de la ville. Oiseaux aquatiques, castors et tortues plutôt faciles à observer y cohabitent.

Il faudra toutefois patienter jusqu’au samedi 11 mai pour entrer au centre, puis louer un kayak ou un canot afin de partir en exploration.

www.parc-mille-iles.qc.ca