/entertainment/shows
Navigation

Bas-Saint-Laurent: un cirque s’installe dans les falaises du Kamouraska

Cirque
Photo courtoisie Le recours à des conteneurs maritimes sur lesquels seront peintes des fresques a permis de réduire l’investissement de départ pour la construction d’un amphithéâtre.

Coup d'oeil sur cet article

Un cirque permanent qui utilisera les falaises du Kamouraska pour des prouesses de haute voltige présentera ses premiers spectacles cet été dans le Bas-Saint-Laurent, pas loin des rives du fleuve.

Elyme Gilbert, un ancien du Cirque Éloize et du Cirque du Soleil, a suscité l’intérêt d’artistes qui ont travaillé à travers le monde, avec son projet unique.

Elyme Gilbert.
Idéateur du projet
Photo courtoisie
Elyme Gilbert. Idéateur du projet

Il a installé un amphithéâtre permanent fait de conteneurs maritimes, qui pourra accueillir 276 personnes. Les infrastructures seront peintes de fresques.

Les artistes se livreront à des prouesses sur une paroi rocheuse de plus de 60 pieds.

«Un beau défi»

«Ça a vraiment un côté unique. Par exemple, le trapèze sera accroché sur la paroi et les artistes vont grimper sur la roche. Ce sera vraiment un beau défi pour les artistes», dit l’idéateur Elyme Gilbert.

Une fois qu’ils auront passé la billetterie, les spectateurs se mettront dans l’ambiance en marchant sur un sentier dans la nature, animé par des éclairages et des artistes. Puis, des numéros de trapèze, de filet aérien, de mât chinois et de funambulisme, entre autres, seront présentés, avec la présence de deux musiciens en direct.

Le Cirque de la Pointe-Sèche s’est concrétisé rapidement. Le fait que M. Gilbert et sa conjointe soient propriétaires du terrain de Saint-Germain-de-Kamouraska où le cirque est situé a permis d’éviter que le projet s’étire dans le temps.

Projet rassembleur

Le recours à des conteneurs maritimes a réduit l’investissement de départ pour la construction de l’amphithéâtre. Mais aussi, l’originalité du projet a amené plusieurs personnes à aider le groupe bénévolement.

«Ça a rallié beaucoup de monde. À un moment, nous étions 25 à ramasser des branches sur le terrain. Sans ces gens-là qui se sont approprié le projet, on n’en serait pas là», ajoute M. Gilbert.

Les artistes et ceux qui ont conçu le premier spectacle sont pour la plupart des connaissances de M. Gilbert, lequel a veillé pendant plus de 10 ans sur le domaine aérien des spectacles du Cirque du Soleil, en plus d’assurer la sécurité au travail sur l’ensemble des sites de tournées.

Les artistes ont rapidement répondu présents à son invitation pour l’été 2019.

«Certains aimaient l’idée d’embarquer dans un projet à plus petite échelle, mais qui permet de laisser libre cours à leur créativité. D’autres aimaient l’idée de se produire en région, dans un environnement magique», a pu constater Elyme Gilbert.

Les spectacles se tiendront en soirée, du 4 juillet au 18 août, sauf les lundis. En effet, le recours à des éclairages hauts en couleur fait partie intégrante de la première création, qui s’appelle NAVAL.