/entertainment
Navigation

Prêt pour rouler!

Coup d'oeil sur cet article

Quand l’asphalte et les sentiers se dénudent et que nos jambes se mettent à effectuer des rotations sans raison, c’est qu’il est temps de faire l’entretien de son vélo pour bien commencer la saison.

S’y prendre à l’avance

Photo courtoisie, Les vélos Sphérik

Le long hiver fait languir certains amateurs de vélo qui n’ont pas encore accès à leur cabanon, avec toute la neige qui s’est accumulée cette année. Impatients, ils voient le début de leur saison de vélo retardée en raison de cette inaccessibilité, des calendriers d’entretien des marchands qui se remplissent rapidement et des délais qui s’allongent.

Deux constats s’imposent ! Entreposer sa bicyclette à l’intérieur l’an prochain, pourrait permettre d’en faire la mise au point plus tôt et de l’enfourcher dès que possible.

Il ne faut pas oublier que les ennemis du vélo sont le chlore de la piscine, l’humidité et les calorifères, qui doivent être tenus loin de la bicyclette en tout temps, surtout lors de la longue période d’inactivité hivernale.

De plus, réaliser la mise au point à l’automne ne serait pas une mauvaise idée, profitant même de prix plus avantageux. Il suffirait simplement de gonfler les pneus au printemps avant de pédaler !

Mais surtout, le grand avantage de faire la mise au point de son vélo à l’automne, rappelle Vincent Boilard, copropriétaire de Sport Olympe, est que « les pièces du vélo s’endommagent moins lorsqu’il est rangé propre.

Ce qu’on peut faire soi-même

Photo courtoisie, Sport Olympe

Certaines étapes de l’entretien printanier nécessitent l’intervention d’un professionnel, mais d’autres peuvent être réalisées par le propriétaire du vélo, à commencer par le faire briller.

« Nettoyer son vélo permet de voir s’il y a des fissures suspectes, de l’oxydation sur le cadre, de la rouille sur la chaîne, de voir s’il est sécuritaire, etc. », explique M. Boilard. Une inspection visuelle est indispensable !

Vérifier la pression d’air dans les pneus est également une opération assez simple, sachant que la pression maximale est indiquée sur le flanc du pneu en PSI.

Photo courtoisie, Sport Olympe

« On met le maximum », conseille Réjean Gosselin, copropriétaire de Les vélos Sphérik.

« Car si le pneu est mou, il aura plus de contact au sol, créera plus de friction et fera forcer le moteur », explique M. Gosselin, en faisant référence aux efforts de celui qui pédale. Chaque semaine, la pression d’air devrait d’ailleurs être vérifiée.

Jeter un œil sur l’usure du pneu est également tout indiqué. Si les motifs du pneu sont disparus, s’il est fissuré, sec et/ou que le pneu a une allure plus carrée, c’est qu’il est temps de le changer.

Laver et huiler la chaîne avec une huile qui correspond aux conditions dans lesquelles on pédale (sentier mouiller, chaussée sèche, etc.) est également une étape que le cycliste peut faire lui-même, tout comme vérifier si les freins et les vitesses fonctionnent bien et si les roues sont bien alignées. Mais pour réparer les problèmes observés, l’aide d’un professionnel est préférable.

L’aide d’un expert

Photo courtoisie, Les vélos Sphérik

Si, lorsqu’en levant le devant du vélo et en observant la roue tourner, celle-ci « oscille de gauche à droite ou saute de bas en haut », explique M. Gosselin, un ajustement s’impose.

Si, en appuyant sur les freins, ceux-ci ne sont plus aussi mordants qu’avant et vont même s’appuyer sur la poignée du guidon, l’intervention d’un expert est de mise pour les ajuster, les réparer ou les remplacer.

Si, les vitesses sautent ou le changement ne se fait plus aussi bien qu’avant, ce problème demande l’évaluation d’un expert. Les câbles sont peut-être endommagés ou la chaîne trop étirée par exemple.

« À force de pédaler, la chaîne devient plus molle, elle étire et ne se déplace pas facilement aux changements de vitesse », indique M. Gosselin.

Serrer les boulons, vérifier les roulements, ajuster la pression des suspensions, cirer le cadre, changer certaines pièces abîmées, etc. font aussi partie de l’inspection et de l’entretien saisonnier, selon l’état du vélo à mettre au point et le type de mise au point choisi.

« Une mise au point de base, ce n’est pas juste gonfler les pneus et huiler la chaîne, ça prend 45 minutes à une heure, en prenant bien le temps de tout faire », mentionne M. Boilard.